Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Voir le futur comme s'il avait été

03/07/2008 - par François Bénard,

Voir le futur comme s'il avait été, ce n'est pas nier son improbabilité. C'est simplement sentir qu'il naît de nos actes chaque jour.

1- Où vont nos métiers ? De Cannes à Landi (Landivisiau pour les 7-5), l'ensemble de la profession s'interroge sur le devenir de nos métiers. Il faut être honnête, quand d'aucuns le font avec angoisse (« Je ne comprends pas, j'ai toujours fait comme cela »), d'autres s'enthousiasment devant ces bouleversements, annonciateurs de ruptures créatives et de nouveaux leviers de marge. Sans revenir sur le palmarès cannois (la consultation de la short list Titanium est rafraîchissante), notre monde bascule et, en fait, nous y contribuons. Le quotidien se « digitalise », on frôle le milliard d'ordinateurs dans le monde (soit autant que de téléviseurs), et il y a déjà 2 milliards de téléphones mobiles. Les technologies, et surtout leur appropriation par le plus grand nombre, accélèrent ce bouleversement.

2- Le futur visible. Il est faux de voir dans la technologie une machine froide. La machine est elle-même une idée, dont l'essentiel réside dans l'esprit humain. S'il n'est pas question de se prosterner devant un avenir radieux et « digitalisé » (puces RFID implantées dans nos corps, robots personnels généralisés, etc.), cette nouvelle frontière numérique s'écrit chaque jour. Si nous sommes tous convaincus peu ou prou que la numérisation va engendrer des modifications structurantes de la consommation des médias, par exemple, avons-nous seulement conscience de ce que peut signifier cette révolution ? Le passage à venir (en 2010 ?) d'IPV4 à IPV6 (Internet Protocol, le système d'adressage Internet) est symbolique de ce basculement. Au-delà du plaisir simple d'utiliser des termes techniques, on ne peut lire ce changement comme la simple réponse à la saturation prochaine du réseau. Imaginez une Terre peuplée de 667 132 000 milliards d'habitants par millimètre carré. IPV6, c'est la possibilité pour chacun partout dans le monde d'avoir une adresse IP, à défaut d'y avoir une vraie place. Mais c'est aussi la possibilité pour chaque objet d'avoir sa propre adresse, donc de devenir communicant. Ce chiffre, incommensurablement abstrait, est pourtant capable de nous rendre le futur visible, simplement en nous faisant toucher du doigt notre future numérisation.

3- La prophétie autoréalisatrice. Nos métiers redeviennent intéressants, parce que de plus en plus de gens sont touchés, amusés, étonnés devant les idées contagieuses qui tournent autour de la Terre, même si nous n'en sommes pas toujours les auteurs. Mais il est clair que certains acteurs (opérateurs mobiles, médias, groupes de communication, industriels, etc.), par leur taille et par le poids de leurs décisions et de leurs investissements, structurent le marché en lui indiquant le chemin à suivre. En faisant cela, ils font l'avenir autant qu'ils l'anticipent. Nos métiers ne changent pas, p c'est nous qui les faisons changer, à Cannes où à Landi.

directeur général associé de Publicis Activ

directeur du planning stratégique

Envoyer par mail un article

Voir le futur comme s'il avait été

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.