Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Carte blanche

Kanako : «Je crayonne tout le temps dans ma tête»

05/02/2019 - par Amélie Moynot

Illustratrice emblématique de My Little Paris, Kanako travaille aussi pour des marques de luxe, de médias, d'édition. Elle se dit inspirée par le proche, à savoir les gens, et le lointain, l’inconnu…

La vie quotidienne

Je ne dessine pas trop hors du travail. Cela me permet de me vider l’esprit. Mais je crayonne tout le temps dans ma tête. J’adore cette sensation, car je suis très exigeante avec mes illustrations - quand ce sont mes clients qui valident, ça va, quand c’est moi, c’est autre chose... Cela me permet de disposer d'un petit stock lorsque je me remets à dessiner sur papier. La vie quotidienne m’inspire. Les personnes dans la rue, les paysages, les lumières, les couleurs. Les gens que je croise, leurs conversations, la façon dont ils sont habillés. Surtout à Paris, où j’ai vécu douze ans, c’était comme vivre dans un théâtre. À Nice, où je suis aujourd’hui, c’est différent. Je croise beaucoup de gens habillés de façon assez spectaculaire. De vieilles dames en fourrure avec des maquillages incroyables...

Les voyages dans l’inconnu

Je me suis promis de me rendre dans une destination inconnue au moins une fois par an. Le dernier voyage, c’était à Cuba, il y a bientôt deux ans. C’était vraiment incroyable. On est stimulé tout le temps. Je ne dessine pas spécialement après, mais ça me reste en tête. L’idée : éprouver quelque chose que je n’avais jamais ressenti. C’est aussi pour ça que je me suis installée à Paris, alors que je suis née à Tokyo. Il s’agissait pour moi de partir loin pour redémarrer de zéro. Au début, je ne connaissais personne. Petit à petit, j'ai appris la langue. Maintenant, je vise encore une destination éloignée, un peu inquiétante, comme le Mexique.

My Little Paris

Ce projet a changé ma vie. Le travail passe toujours par l’échange avec les équipes. J’ai beaucoup appris sur les Parisiennes, la mentalité française. C’est une énorme source d’inspiration. Cela fait plus de dix ans que tout a commencé. Je dessinais vraiment beaucoup plus qu’aujourd’hui. Cela reste beaucoup en moi. J’ai toujours adoré dessiner des choses poétiques. Pas forcément avec un message fort, mais des dessins qui touchent, qui racontent quelque chose sans avoir besoin d’ajouter de citation.

Le Japon

Pas le côté moderne avec la technologie, mais plutôt le côté ancien, baigné de traditions, Kyoto, par exemple... En cuisine, ou ailleurs, tout est un peu différent, plus raffiné, plus féminin. Les couleurs aussi. En parallèle, je lis beaucoup, j’adore aller au musée, regarder Instagram, feuilleter des magazines. Au musée, je partage la sensation de l’artiste en regardant son tableau : qu’il ait adoré telle couleur, par exemple. Sur Instagram, je regarde, entre autres, des comptes de photographes, de directeurs artistiques, dont certains prennent des clichés de gens dans la rue, c’est intéressant ces moments de hasard... Parmi les comptes que je suis figurent @__s____o (Cat Morrison), @lightboxmag, @cupofmeat ou encore @bronfer.

Envoyer par mail un article

Kanako : «Je crayonne tout le temps dans ma tête»

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.