Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

médias

Il va y avoir de l'e-sport

07/02/2018 - par Pierre LOEVENBRUCK

De la télévision à internet, l'e-sport connaît une médiatisation de plus en plus importante en France. La discipline ouvre de belles opportunités aux médias notamment celle de rajeunir leur audience.

Ils s’appellent Kayane, Luffy, Broken, Dioud ou Yellowstar. Ces noms ne vous disent peut-être rien. Ce sont pourtant des stars françaises d’une discipline montante: l'e-sport ou sport électronique. Un phénomène du jeu vidéo qui ne finit pas de se faire connaître auprès de la société française. Si bien que de nombreux médias se mettent à le diffuser. Dernier exemple en date: Webedia a lancé sa chaîne 100% e-sport, ES1, le 10 janvier. Une première en France. Elle est d’ores et déjà disponible sur l’opérateur Orange et fera son apparition en février chez Free et Bouygues. Malgré l’essor de la discipline, certains y verraient un pari risqué. Bertrand Amar, directeur de la chaîne, se montre très confiant sur son succès. «Depuis 2016, on note un intérêt croissant pour l'e-sport. Je pense qu’on se lance au parfait moment. On profite aussi de la notoriété de certains joueurs pour attirer des spectateurs. Il y a une audience qui est déjà forte», note Bertrand Amar. Selon une étude menée par SuperData pour Paypal en 2016, le nombre de téléspectateurs est en constante augmentation en France. Ils étaient 1,6 million de Français à regarder du e-sport en 2016. En 2018, ils devraient être 2 millions.

Les millennials dans le viseur

L’intérêt est double pour les médias. Non seulement ils surfent sur la vague d’une discipline en plein essor, mais ils captent une audience rajeunie. Les millennials âgés de 15 à 34 ans représentent 70 % de l’audience de l'e-sport d'après SuperData. Une donnée particulièrement intéressante pour les télévisions qui peinent à retenir l'attention des jeunes téléspectateurs. « Si on veut toucher le plus grand monde, il faut proposer une grande diversité d’émissions. On a donc lancé le ESport Zone sur AB1. Il y avait une vraie demande dans cette discipline. L’audience sera principalement jeune et masculine », analyse Richard Maroko, directeur des programmes chez AB groupe (Mediawan). Du côté d'ES1, on s’attend aussi à une audience jeune et masculine mais on espère capter large. « On a un public naturel. C’est celui qui suit déjà l'e-sport. C’est notre première cible. La deuxième, c’est les fans des jeux vidéo. Il y a toutefois un problème d’accès à la discipline car elle a ses termes propres. Pour y remédier, on va proposer des décryptages sur les termes compliqués », explique Bertrand Amar. Chez Gentside qui traite de l'e-sport sur le web, la cible est claire. « On veut clairement s’étendre aux millennials », confie Fabien Bacquet, directeur de l'e-sport chez Gentside.

Des stratégies diverses selon les médias

Pour captiver leurs audiences, chaque média va adopter sa propre stratégie. Mais qu’importe ces différences, les compétitions d'e-sport restent l’un des principaux noyaux stratégiques. « On ne se positionne pas encore sur la compétition en direct, révèle Bertrand Amar, mais on va les éditorialiser. On aura ensuite deux choix : soit diffuser les meilleurs matchs, soit diffuser des rencontres inédites ». Outre la compétition, ES1 proposera de nombreux magazines et documentaires sur l'e-sport. AB1 qui a lancé l'ESport Zone en décembre 2017 va décrypter les meilleures compétitions de la semaine. La chaîne de Mediawan comptera surtout sur son accord d’exclusivité avec Activision Blizzard. Les téléspectateurs d’AB1 pourront ainsi profiter des compétitions de Call of Duty, Hearthstone et World of Warcraft  en exclusivité. « On mise sur ces compétitions premiums. Notre but est de diffuser les plus grandes compétitions d’e-sport. L’équivalent des championnats du monde ou des Jeux olympiques des sports classiques. Pour capter l’attention de nos téléspectateurs, on veut se concentrer principalement sur les plus grands joueurs », raconte Richard Maroko. Une première étape vers la création d’une chaîne 100 % e-sport ? « On y songe », confirme le directeur des programmes d’AB Groupe. Une constante pour les deux acteurs : les présentateurs sont des experts de l'e-sport avant d’être des journalistes.

Des médias acteurs de l'e-sport

Gentside fait appel à des professionnels des jeux vidéo. «Ce sont des spécialistes de l’e-sport. On les emploie en fonction de leurs compétences par jeux. Mais ils doivent avoir de vraies aptitudes rédactionnelles et être capables de monter leur vidéo», précise Fabien Bacquet. Le groupe emploie des joueurs professionnels pour former des équipes consacrées à deux jeux : League of Legends et PlayerUnknown’s Battlegrounds. Ces équipes sont suivies par le Gentside Esports Club lancé le 23 octobre 2017. «On a une stratégie innovante. Elle consiste à faire le storytelling de nos équipes. Notre but, c’est de raconter l’e-sport à la française. Nos équipes sont constituées autour de jeux qui marchent très bien en France», commente le responsable e-sport. Autre acteur : Webedia. Le groupe possède quant à lui une équipe multijeux, Millenium Team, partenaire du PSG Esports. 

Les chaînes « grand public » s’y intéressent également

AB1, ES1, Gentside... Autant d'exemples récents de médias qui parient sur l'e-sport. Toutefois, dès 2015, L’Équipe 21 était pionnière dans la médiatisation de la discipline. La chaîne sportive de la TNT avait alors diffusé la finale du championnat du monde de Fifa. Elle avait même créé l’E-football ligue puis l’E-Football cup. Faute d’audience, l’e-sport a été abandonné à la télévision en mai 2017 mais reste largement traité sur le site du premier quotidien sportif. En 2016, le groupe Canal lui emboîte le pas avec deux émissions : le Canal Esport club sur Canal+ et Esports european league sur C8. En février 2017, TF1 annonçait une télé-réalité sur le e-sport. Si l’émission n’a toujours pas vu le jour, l'e-sport semble avoir de beaux jours devant lui. 

Reed Midem organisera l'Esports Bar de Cannes

Devenu un phénomène viral ces dernières années, l’e-sport touche de nombreux acteurs. Ainsi, Reed Midem, spécialiste dans l’organisation de salons professionnels, va organiser un événement consacré à l'e-sport. Il s’agit de la première édition de l'Esports Bar qui se déroulera à Cannes du 12 au 14 février 2018. 500 professionnels sont attendus. Le but : favoriser les relations entre les investisseurs « traditionnels » et les sociétés « e-sport » internationales. 

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

OKO