Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

formation

Les universités maison font école

18/09/2008 - par Kinda Marie Elias

La chaîne de cosmétiques Sephora vient de lancer sa propre université pour former ses vendeurs aux techniques maison. Du cousu-main qui intéresse de plus en plus d'entreprises.

À l'instar de certaines multinationales, le groupe Sephora (LVMH) a créé en 2008 une université interne dont le but est de former ses vendeurs aux techniques de soin. Car, contrairement à ce que l'on pourrait penser, Sephora ne recrute pas seulement des cosmétologues et des esthéticiennes.

Fort de son expérience dans la distribution, son PDG, Jacques Lévy, a toujours cru en l'importance de la force de vente. "Les nouvelles recrues sont choisies pour leur personnalité, pour ce qu'elles dégagent, pour leur disponibilité, leur faculté d'écoute et de persuasion, dans une logique de marque employeur au service des clients, explique Sandrine Becaud, responsable formation Europe chez Sephora. Il est plus facile de leur inculquer la culture de l'entreprise et de leur donner des connaissances techniques en interne."

Pour héberger cette université, la direction du groupe a acquis l'ancienne maison du fondateur de Sephora, Dominique Mandonnaud, située à Passy, dans le XVIe arrondissement de Paris. Cette formation interne est cofinancée par une marque – Dior pour la première session. Chaque session est ouverte à 15 salariés de Sephora France, pour un total de 3400 personnes formées par an.

Ce programme se distingue d'autres initiatives prises par le groupe. "Il n'existe aucune synergie entre l'université, qui est censée former les techniciens à la spécificité des clients de Sephora, et un autre programme lancé il y a deux ans, le concours interne du meilleur maquilleur", explique la responsable de ce dernier, Hélène Bonningues. Ce concours, qui a été lancé pour la première fois en Pologne, a pris une forme plus glamour dans sa version française. Il a pour but de révéler les talents, de les mettre en valeur et de les encourager à aller encore plus loin dans leurs compétences. Par ailleurs, Sephora finance depuis plusieurs années 8 bourses universitaires à Paris XII Créteil.

"Creuset d'échange"

Ces initiatives de formation intégrées sont dans l'air du temps. Plusieurs sociétés ont déjà montré la voie. Ainsi CMA-CGM, numéro un européen et numéro trois mondial du transport maritime, s'est dotée d'une université interne, baptisée First, depuis l'an 2000. Tous les nouveaux embauchés ainsi que ceux qui faisaient partie du groupe avant la création de l'université suivent un cycle d'une semaine minimum pour intégrer la culture de l'entreprise, son histoire et ses valeurs.

Quant à Accor, il "fut le premier groupe européen dans le domaine des services à avoir fondé une université interne", affirme Étienne Mercier, directeur de l'Académie France du groupe hôtelier. L'idée a germé en 1983, date de la fusion de Novotel et Jacques Borel donnant naissance à Accor. L'université a été inaugurée deux ans plus tard afin de "créer un creuset d'échange et de diffusion de la culture du groupe Accor", ajoute-t-il. Cette formation s'adresse à tous les niveaux hiérarchiques et "répond surtout à une promesse employeur: assurer une formation annuelle à chaque collaborateur", insiste Étienne Mercier. Pas moins de 80 personnes travaillent en permanence à l'Académie du Groupe Accor France.

Parmi les nouveaux convertis aux vertus de la formation interne: le groupe Havas. Selon Amélie Cayzac, directrice des ressources humaines d'Euro RSCG, la direction du groupe envisage de profiter de l'expérience de sa filiale dans le domaine. Le réseau publicitaire a déjà conçu des modules de deux journées de formation par an intitulés Creative Business ID, consacrés à un client donné. Cela lui permet d'expliquer à ses créatifs les modèles de pensée de chaque client, afin de mieux répondre à ses besoins. Le projet devrait être généralisé vers la fin de l'année 2009. 

 

DDB, précurseur dans son secteur

"À DDB, nous avons lancé notre université il y a une dizaine d'années pour apprendre à notre personnel notre façon de faire le métier, lui inculquer notre sens de l'exigence et de la cohérence et, surtout, lui permettre de réaliser l'importance d'un bon réseau, à commencer par le groupe de formation au sein duquel il commence à tisser des liens", raconte Pierre Le Gouvello, coprésident et «Chief People Officer» de DDB France. Le budget de ce programme, qui concerne 1600 employés par an, s'élève à plus de 70000 euros annuels.

Envoyer par mail un article

Les universités maison font école

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies