Vous êtes ici

Recrutement

Des handicapés dans le moteur

17/11/2015 - par Gilles Wybo

En agences ou dans les départements communication ou marketing, l’emploi des personnes handicapées stagne. Mais ça commence à bouger doucement. Le point, à l'occasion de la semaine pour l'emploi des personnes handicapées.

«Nous organisons la dix-neuvième édition de la semaine pour l’emploi des personnes handicapées (SEPH, du 16 au 22 novembre) et il y a encore des métiers, comme la communication ou le marketing, où rien ne bouge», s’énerve Eric Blanchet, directeur général de l’association l’Adapt. Il faut dire que le contexte de crise a plutôt figé la situation: «Depuis trois ans les chiffres d’embauches sont étals, il y a comme un plafond de verre pour le recrutement des personnes handicapées», poursuit-il. L'Association des paralysés de France évoque le chiffre de 480 000 demandeurs d'emplois parmi les personnes handicapées, et un hausse de 130% en huit ans. Si les agences et les départements marketing ou communication sont plutôt à la pointe en matière de lutte contre les discriminations (genre, sexe, ou race) sur le sujet du handicap, le secteur est à la traîne. Alors pourquoi ça coince? Et si, avec l’embellie économique, les choses étaient déjà en train de changer…
«S’il y a peu de personnes handicapées dans l’univers marketing/communication, c’est parce que nous sommes dans un monde où l’image, la représentation est importante», avance Eric Blanchet, de l’Adapt. Pourtant, aujourd’hui, il y a plusieurs indices d’une prise de conscience. D’abord l’AACC (association des agences conseils en communication) est en train de se mobiliser: «Nous avons beaucoup de mal dans nos agences à recruter des personnes en situation de handicap, note Gildas Bonnel, président de la commission développement durable et de l’agence Sidièse. Du coup, nous venons de décider d’une série d’initiatives: la publication d’un livret baptisé “Guide handicap, mettre en place une démarche simple et concrète”. Et surtout, nous nous sommes fixé comme objectif d’accueillir, dans le cadre du stage obligatoire de 3e, 100 jeunes en situation de handicap.» Enfin, l’AACC souhaite aussi renforcer les relations avec les associations pour mettre en place un vrai projet handicap. «Bref, en 2016 nous allons vraiment accélérer sur ce sujet», affirme Gildas Bonnel.  
Chez Australie (140 salariés dans le groupe), «ce n’est pas une thématique qui était traitée en tant que telle, reconnaît Alexandra Gaudin, directrice des richesses humaines de l’agence. Ce n’est pas un sujet tabou, nous avons deux personnes en situation de handicap et nous avons adapté les postes, rendu l’organisation plus flexible avec du télétravail…» L’agence a décidé de passer à la vitesse supérieure sur ce thème: «Nous allons ajouter le logo “handi-accueillante” en tête de nos annonces d’emploi», illustre Alexandra Gaudin, qui songe à d’autres initiatives dans les mois à venir.

Communication permanente

Du côté des grands groupes, la cause avance doucement. Il faut dire que comme pour tous les métiers de cadres, il y a une pénurie de candidats diplômés: 80% des personnes handicapées n’ont pas le bac. «Nous sommes dans la même situation que la plupart des sociétés, nous plafonnons sur les embauches, d’autant que sur les fonctions marketing ou communication, il y a souvent une exigence de diplômes, surtout en France», dit Sandrine Dhellemmes, directrice inclusion et mission handicap à la Société générale. «A fin 2014, notre taux d’emploi de personnes handicapées est de 2,85%, et il a tout de même progressé de 59% en sept ans. Il ne faut pas cesser de communiquer sur ce thème; sinon c’est un sujet que l’on oublie.» Et, selon Sandrine Dhellemmes, le digital peut être une opportunité, car cela crée de nouveaux métiers, mais à condition que les outils numériques soient déjà accessibles. Or c’est loin d’être toujours le cas…

Au sein de BPCE (Banque populaire, Caisse d’Epargne, 108 000 salariés), le taux d’emploi global est de 4,3% (dont 0,45 d’emplois indirects) et les embauches se poursuivent: le groupe recrute 300 personnes en situation de handicap chaque année, dont un tiers en CDI. «Nous avons 12,5 millions d’euros d’achats par an consacrés au secteur adapté et protégé, et mis l’accent cette année sur les prestations marketing-communication, en proposant à nos filiales un annuaire des structures spécialisées par région», souligne Blandine Jamin, directrice du pôle développement RH chez BPCE. Chez l’opérateur SFR, qui vient de signer un cinquième accord sur le sujet, l’objectif est d’atteindre un taux d’emploi global de 5% en 2018. Le groupe a ainsi confié 3,2 millions d’euros de prestations au secteur protégé en 2014: édition marketing, plaquettes publicitaires, prestations de centre d’appel…  

Les agences doivent montrer l’exemple sur ce sujet, conclut Gildas Bonnel: «La communication a un impact sur l’imaginaire et la société, et le fait d’intégrer des personnes handicapées permettra d’acculturer nos équipes à ce sujet et fera aussi progresser la représentation du handicap dans la publicité.»

Envoyer par mail un article

Des handicapés dans le moteur

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.