MARKETING COMMUNICATION MEDIAS DIGITAL
Votre Flux Rss Stratégies Management
Retour à la page précédente
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteVersion imprimable de l'article
Page 1/3

Salaires de la pub 2016: le digital sauve la mise

Etude

08/02/2016 -

Avec 0,3% d’augmentation au global, les salaires en agence semblent stagner, selon la dernière étude Shefferd-Stratégies. En réalité, il y a des gagnants, tels les UX designers ou heads of social media, et des perdants, comme les responsables trafic ou les directeurs de la création.

© DR

Votre métier se termine en «er», alors votre salaire devrait augmenter en 2016. En revanche, s’il se finit en «tion», il a de fortes chances de flancher. Si l’horoscope des salaires existait, voilà à quoi il pourrait ressembler: seraient chanceux cette année les social media managers (heads of social media), UX managers, dataminers et même les planneurs. Moins favorisés les directeurs de la production ou de la création. Pour établir cet horoscope 2016 des salaires de la publicité, Stratégies a préféré s'adjoindre le concours du cabinet Shefferd plutôt que celui de Madame Irma. Voici donc les principales tendances de rémunération pour cette année. 

A première vue, les salaires de la pub seront plutôt atones en 2016, avec un petite hausse de 0,3%. A première vue seulement, car cette stagnation cache des variations importantes: un fort recul des métiers traditionnels de l’agence, comme le directeur de la production (–3,4%) ou le responsable trafic (-7%). «Il y a un mouvement de centralisation de la production, avec la création de plateformes globales de production liées aux demandes des annonceurs, analyse Bruno Tallent, PDG de McCann France. Cela a pour conséquence une concentration des structures, donc de la masse salariale.» 

A noter également l’érosion des salaires de certains managers, comme le directeur de la création (–7%, à 87  000 euros annuellement) ou le directeur du planning stratégique (–5,6%, à 89 000 euros). Pour ces fonctions, la baisse du salaire médian s’explique par un fort renouvellement des profils: «Une nouvelle génération de directeurs de création arrive en agence, des profils plus jeunes, digitaux, intégrés, explique Bruno Tallent. Je viens ainsi d’embaucher deux directeurs de la création de 32 et 34 ans.» Sandrine Plasseraud, directrice générale de We are social avance une autre explication: «Il y a aussi un nouveau mode de fonctionnement en agence, beaucoup plus collaboratif, y compris dans le domaine créatif. Résultat: le directeur de la création, profil roi, c’est fini!» Bien sûr, il y a toujours des exceptions à la règle: «Un directeur de la création ayant une dimension internationale, des compétences cross-canal, continue d’être très demandé, et sa rémunération n’est vraiment pas en baisse», note Natalie Rastoin, directrice générale d’Ogilvy France.

Réservoir de talents insuffisant

Certaines nouvelles expertises (celles en «er», donc) se paieront à prix d’or en 2016: «Comme elles sont créatrices de valeurs, il y a donc un fort attrait de la part des agences et de leurs clients pour ces fonctions», remarque Bruno Tallent. Première parmi celles-ci, l’UX designer (spécialiste de l'expérience utilisateur). Son salaire médian, à 55 000 euros, flambe, en hausse de 9,4%. «Il correspond à la recherche de l’expérience client rêvée. Si l’UX n’est pas impliqué, le site perd de l’audience, c’est donc stratégique», analyse Sandrine Plasseraud. Même chose pour le dataminer (explorateur de données), dont la rémunération s’envole de 5,3%, à 40 000 euros. «Tout le monde parle de big data, mais il y a très peu d’écoles, donc de candidats», relève la manager de We are social. Ce que confirme Natalie Rastoin: «Pour ces fonctions digitales, le réservoir de talents est encore insuffisant. Du coup, il y a un déséquilibre et des tensions. Cela peut prendre quelques années avant que l’offre et la demande s'équilibrent.» Le constat est identique pour l'head of social media (directeur social media), plus senior que le community manager: «Il n’y pas beaucoup de candidats sur le marché», précise Sandrine Plasseraud. Cette expertise digitale se paye chère actuellement: 53 000 euros (+5,6%).

«Même s’ils ne progressent pas comme les talents du digital, les créatifs se portent plutôt bien, hormis le directeur de la création», détaille Marc de Torquat, cofondateur et directeur général du cabinet Shefferd. En effet, le directeur artistique et le concepteur-rédacteur ont une rémunération stable, respectivement 48 000 et 45 000 euros.

Une part variable plus grande


Page 1/3
Google+
Facebook
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Plus d'informations sur Stratégies.fr

Dossiers :
Les salaires de la pub

 
 
 
Annuaires professionnels en ligne


NOUVEAU Les Guides avec une version digitale
 
APPELS D'OFFRES AVEC 


Consultez les appels d'offres publics du secteur du marketing, des médias et de la communication

 
 

 
FORMATION AVEC

Toutes les formations et conférences
 
 

Abonnez-Vous à Stratégies