Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Des journalistes en appui d'étudiants boursiers

15/01/2009 - par Lionel Lévy

Des journalistes dispensent bénévolement depuis deux ans une formation destinée à préparer les étudiants boursiers aux écoles de journalisme. Cette action généreuse, renouvelée en 2009, répond aux problématiques de la diversité dans les médias.

C'est l'initiative d'un groupe de copains. Cinq jeunes journalistes de la promotion 2004 du CFJ (1) décident, en janvier 2007, de créer La chance aux concours, une formation gratuite de six mois destinée aux boursiers souhaitant passer les concours des différentes écoles de journalisme (Centre de formation des journalistes, École supérieure de journalisme, Centre universitaire de l'enseignement du journalisme, Institut pratique de journalisme, Celsa, etc.). «Tant dans les écoles de journalisme que dans les rédactions, la très grande majorité des effectifs est issue de milieux aisés, explique Renaud Honoré, l'un des initiateurs du projet, aujourd'hui journaliste aux Échos.Or, nous considérons comme indispensable une meilleure représentation de la diversité dans les médias. C'est pourquoi, à notre petit niveau, nous tentons de faire bouger les lignes.» En l'occurrence, La chance aux concours accueille depuis deux ans, le samedi après-midi dans les locaux du CFJ, quatorze étudiants boursiers. Au programme, une préparation aux épreuves classiques des écoles de journalisme : tests d'actualité et de culture générale, notes de synthèse, cours d'anglais, réalisation de reportages, etc., des formations essentiellement dispensées par des anciens du CFJ. «On a aucune difficulté pour trouver des journalistes prêts à s'investir dans le combat de la diversité, assure David Allais, coordinateur de La chance aux concours, issu de la promo 2002 du CFJ. Cette année, ils semblent encore plus motivés et on va devoir en refuser.» Serait-ce l'effet d'une réelle prise de conscience à l'heure où le dernier rapport du club Averroes paru en novembre dernier dénonçait, pour l'année 2008, une «inquiétante régression» de la diversité dans les médias ? «Les mentalités commencent sans doute à évoluer, commente David Allais. Mais si ça marche auprès des journalistes, c'est aussi parce que l'on répond à leur besoin, à savoir s'investir dans une démarche solidaire, sans que cela prenne trop de temps.» Ainsi, pour cette troisième édition qui débutera le mois prochain, les cours seront assurés par une trentaine d'intervenants, qui les dispenseront en binôme durant deux samedis consécutifs, avant de laisser leur place à d'autres. Parmi les intervenants passés et à venir, les jeunes journalistes tout juste sortis de l'école côtoient des noms prestigieux, comme Christophe Ayad, journaliste à Libération et prix Albert Londres 2004 ou Marc Epstein, rédacteur en chef monde à L'Express. Du prestige aussi du côté des parrains de l'opération (2), qui «surcotisent» en tant qu'anciens du CFJ (la mairie de Paris participe également au financement de l'initiative) et organisent des visites d'étudiants boursiers dans leurs rédactions.

Le critère social plutôt que l'approche ethno-raciale

Du côté des étudiants, si la classe 2009 ne peut bien évidemment pas se prononcer sur la qualité des enseignements (inscription bouclée le 10 janvier pour un début des cours en février), ceux des promotions précédentes ne s'en privent pas. Tous insistent sur les conseils avisés des journalistes, la confiance emmagasinée avant les concours et les contacts professionnels noués. Pour certains boursiers, cela permet aussi d'en finir avec une vision fantasmée de la profession. «Avant de faire cette formation, je m'imaginais qu'un journaliste voyageait tout le temps et gagnait plein de sous, explique Samira Belkacem, vingt-trois ans, participante de La chance aux concours en 2008. Aujourd'hui, j'ai une vision beaucoup plus réaliste du métier et de ses difficultés. Et, du coup, je préfère m'orienter vers une voie moins bouchée.» La majorité persévère toutefois dans le journalisme et salue une «initiative fantastique».

«Une prépa à une école de journalisme, ce sont des milliers d'euros. Là c'est gratuit, avec en plus des journalistes impliqués qui nous consacrent bénévolement leur samedi, explique Camille Lafrance, vingt-trois ans, autre étudiante bénéficiaire de la formation l'année dernière. Alors forcément, on n'a pas envie de les décevoir.» Camille Lafrance a d'ailleurs été reçu cette année à l'IPJ, tout comme 50% des boursiers des deux premières promotions qui ont été reçus dans l'une des écoles reconnues par la profession.

Une telle initiative s'inscrit dans une prise de conscience plus large qu'illustre le discours de Nicolas Sarkozy sur la diversité, le 17 décembre. A été notamment précisé que les télévisions devront prendre des engagements en matière de diversité dans des «conventions passées avec le CSA». Mais c'est surtout en direction des élèves de prépa que des efforts seront réalisés. À la rentrée 2009, dans chaque lycée à classes préparatoires aux grandes écoles, 25% des places devront être réservées aux meilleurs lycéens boursiers. Un chiffre qui devra passer à 30% d'ici à la rentrée 2010 (contre 23% actuellement). Une manière de substituer la très controversée discrimination positive fondée sur une approche ethno-raciale par un critère social : être boursier ou non.  

(1) Baya Bellanger, Djebrine Belleili, Selim El Meddeb, Renaud Honoré et Olivier Le Hellard.

(2) Le Figaro : Luc de Barochez (promotion 82), Myriam Levy (85) et Michel
Schifres (68); Le Canard enchaîné : Jean-François Julliard (85), La
Recherche :
Aline Richard (87); France 24 : Loïck Berrou (87); M6 : François
Ducroux (87); BFM TV : Ruth Elkrief (84); France 2 : David Pujadas (88); Europe 1 : Michel Grossiord (81); Rue89 : Pascal Riché (87); Capa : Hervé Chabalier (69).

Envoyer par mail un article

Des journalistes en appui d'étudiants boursiers

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.