Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

communication interne

La radio d'entreprise se développe

19/03/2009 - par Maxime Amiot

Certaines entreprises mettent en place des radios internes, diffusant auprès de leurs salariés des flashs ou des émissions évoquant la vie de leur société. Un média facile d’accès, qui permet de toucher de nouvelles populations.

Le 26 février dernier, Vinci Park a lancé une radio interne. L'outil baptisé Radio26 est original, et pas seulement pour son jeu de mots : chaque 26 du mois, les 2 250 collaborateurs de l'entreprise peuvent écouter une émission, accessible via l'intranet de l'entreprise, ou depuis un téléphone fixe ou portable, et disponible en différé durant un mois. Au programme de la première édition : un échange entre le PDG, Denis Grand, et deux cadres de l'entreprise sur le marketing de rue. En cinq minutes, les intervenants incitent les auditeurs à développer cette technique de promotion (distribution de flyers, événementiel, etc.) sur leurs lieux de travail pour mieux faire connaître leurs services.

«Ce média nous permet de diffuser les bonnes pratiques développées par certaines équipes, sur un ton vivant et interactif. On a eu de très bons retours», affirme François Le Vert, directeur de la communication de Vinci Park. Ainsi, l'émission du 26 février a attiré près de la moitié des collaborateurs du groupe.

Solutions clefs en main

Total Petrochimicals, BNP-Paribas, Pierre Fabre, Renault Trucks, Société générale... De nombreuses entreprises disposent de leur propre radio interne. Et le phénomène prend de l'importance. «Nous enregistrons de plus en plus de demandes, il y a un véritable engouement», observe Anne-Marie de Couvreur-Mondet, présidente de Mediameeting, qui propose depuis 2004 des solutions clefs en main aux entreprises. L'outil profite ainsi des récents progrès technologiques - développement du numérique, possibilité de diffusion en direct et en streaming sur Internet -, mais aussi de sa facilité d'accès. «On peut l'écouter en faisant autre chose. Il permet ainsi d'attirer les salariés ayant peu de goût pour l'écrit, et de toucher de nouveaux publics», poursuit Anne-Marie de Couvreur-Mondet. C'est le cas chez Vinci Park, dont les collaborateurs sont disséminés sur cinq cent soixante parkings. «Vu cette dispersion, il est parfois difficile de maintenir une cohésion d'ensemble. La radio y contribue», explique François Le Vert. Même démarche au sein des laboratoires Pierre Fabre : chaque lundi matin, l'entreprise diffuse un flash de quatre minutes à destination de ses visiteurs médicaux pour faire le point sur l'actualité d'entreprise. Une occasion unique de toucher cette population constamment sur les routes.

Flash spéciaux

Mais l'intérêt principal est ailleurs. Alors que les entreprises se doivent d'être toujours plus réactives dans leur communication - notamment en temps de crise -, la radio permet de diffuser immédiatement les messages de la direction, autrement que par le biais de communiqués qui sont rarement lus. C'est le cas à la SNCF, qui dispose de sa radio interne - les Infos Radios - depuis sept ans. Si le rythme habituel d'émissions est de deux spots quotidiens, l'entreprise rajoute régulièrement des flashs en fonction de l'actualité. Ainsi, le 8 mars dernier, le groupe a diffusé plusieurs bulletins d'information sur la mort de deux jeunes Lillois, percutés par un RER alors qu'ils revenaient d'un match au stade de France. De même, les journées de grèves ou les problèmes de circulation font l'objet de flashs spéciaux. «Nous sommes une entreprise très médiatisée, où chaque incident peut rapidement faire l'objet de commentaires abondants. Nous devons donc être rapidement présents auprès de nos collaborateurs, pour leur expliquer les faits, plutôt que de laisser la rumeur s'installer», glisse François Regniault, responsable éditorial de la radio.

Il n'empêche. Si le coût reste raisonnable comparé à d'autres médias - 30 000 euros à l'année pour Vinci, 170 000 pour la SNCF -, la fréquence des émissions pose question. Rares sont les radios à émettre quotidiennement, la plupart se contentant de bulletins mensuels et hebdomadaires. Difficile dans ces conditions de s'imposer comme un outil de masse.

Envoyer par mail un article

La radio d'entreprise se développe

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.