Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Ressources humaines

Les DRH à l’épreuve de la crise

09/04/2009 - par Lionel Lévy

Lors du dernier Congrès HR, les directeurs des ressources humaines des grandes entreprises se sont interrogés sur leur rôle. Veulent-ils et peuvent-ils rééquilibrer les rapports entre le capital humain et son pendant financier ?

Branle-bas de combat à TF1. Après plus de vingt ans de prospérité, le résultat net a chuté de 28,1% en 2008. Depuis février, le groupe est chargé de mettre en place un programme d'économies de 60 millions d'euros. Une situation difficile à gérer en interne. «Nos salariés sont d'autant plus angoissés qu'ils n'ont jamais connu la crise, expliquait lors du Congrès HR, le 1er avril, Christophe des Arcis, directeur du développement des ressources humaines du groupe TF1. Il était urgent d'agir.» Pour la première fois, la décision a donc été prise de réunir le management intermédiaire. Les cinq cents premiers managers du groupe assistent depuis le 4 mars dernier à un programme qui visent à les informer sur la situation et la stratégie du groupe, mais surtout à les rassurer. Un plan social n'a « pas de sens à l'heure actuelle », assurait Nonce Paolini le 19 février dernier aux analystes financiers. Il n'empêche, les inquiétudes des salariés en période de crise restent nombreuses. C'est ce stress qu'ont aujourd'hui à régler les directeurs de ressources humaines (DRH).

Des actions encore rares

Des DRH de moins en moins satisfaits par leur métier et critiqués de toutes parts. Pour Didier Pitelet (voir encadré), la fonction ressources humaines, «enfermée dans une expertise juridico-sociale» a perdu la «bataille du sens». «Si la fonction RH ne se bat pas pour réhabiliter l'humain, elle se renie elle-même», estime-t-il. Lors du dernier Congrès HR, les DRH semblaient opiner. Du moins dans le discours. Les uns parlant d'un DRH «indispensable régulateur de l'humain dans l'entreprise», dixit Yves Laqueille, qui occupe ce poste chez ETDE, une filiale de Bouygues; les autres, comme Hervé Scemama, DRH de la division Licensing de Thomson, «d'une nouvelle relation à nouer avec les salariés». Et la plupart assurent militer pour que le temps des financiers se rapproche du leur.

Du côté des actes, Cegelec mise, pour remobiliser son management, sur une politique d'actionnariat salarié incitative (l'abondement de l'entreprise est jusqu'à quatre fois supérieur au versement du salarié). Carrefour penche plutôt pour la définition des valeurs de l'entreprise par les salariés eux-mêmes (pouvoir d'achat, solidarité et employabilité sont les nouvelles valeurs du groupe). Mais, dans l'ensemble, les actions restent rares. «C'est comme pour la paix dans le monde, résume François Eyssette, DRH du groupe Bic. On est tous pour, mais quand on tente de la mettre en œuvre, c'est plus compliqué.»

 

 

 

Les DRH et la crise en bref

70% des DRH souhaitent améliorer la productivité.
71% envisagent de réduire leur effectif, une priorité pour 36% d'entre eux.
36% indiquent vouloir geler les nouveaux programmes RH, mais 34% vouloir retenir les talents et 30% améliorer l'engagement des employés.
60% sont très satisfaits de leur métier, contre 80 % l'année dernière. Et 17% cherchent à se diriger vers une autre fonction, contre 7% un an plus tôt.
Source : 4e édition du Baromètre RH européen du cabinet Hewitt, publié en mars 2009, réalisé auprès de 50 DRH européens.

Envoyer par mail un article

Les DRH à l’épreuve de la crise

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.