Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

recrutement

Les sites d'emploi veulent rester dans la course

30/04/2009 - par Maxime Amiot

Depuis le début de la crise, le nombre de PA en ligne a brutalement chuté. D'où la nécessité pour les professionnels de s'adapter, avec des services plus qualitatifs et diversifiés aux candidats et aux entreprises.

Les chiffres sont sans appel. En février 2009, le volume des offres d'emploi diffusées sur Apec.fr (Association pour l'emploi des cadres) a chuté de 33% sur un an, à 18 700 annonces. La baisse est du même ordre chez Monster.fr ou chez Regionsjob.com, chez qui le nombre d'offres est passé de 30 000 à 20 000. Et la liste pourrait encore être longue : Cadremploi, Sourcea, Keljob, Optioncarriere, etc.

L'ensemble des « jobboards » subit de plein fouet la crise économique, sur fond de gel des embauches et de chute de la mobilité. « On sent un très fort attentisme des entreprises et des candidats. Les gens ont tendance à ne plus bouger, même s'il y a des offres adéquates », relève Laurence Bricteux, directrice marketing Europe du Sud de Monster. En 2009, le recrutement de cadres devrait ainsi chuter de 17%, selon l'Apec. De quoi entamer sérieusement les revenus des professionnels de l'annonce...

Conscients de ce retournement brutal - il y a quelques mois encore, nombre de sites enregistraient des croissances d'activité à deux chiffres -, certains acteurs tentent de s'adapter. Au début du mois de janvier, Monster a lancé une version totalement revue de son portail. Désormais, le candidat peut remplir son profil en quelques clics et répondre aux offres de manière beaucoup plus rapide qu'auparavant. Également, il dispose d'une page de profil personnalisée, sur laquelle sont diffusées automatiquement les offres pouvant l'intéresser.

Sécuriser le recrutement

Même démarche chez Regionsjob, qui proposera une refonte de son site en juin prochain, ou chez Jobetic, qui a lancé en février un service inédit, Cart@jobs. Sur une carte de France interactive, l'internaute peut visualiser en un coup d'œil l'ensemble des opportunités d'emploi du jour. Ouverture d'usines, lancement d'une campagne de recrutement, création de sociétés, investissements en cours...

« Il ne s'agit pas d'annonces proprement dites mais d'indices, qui laissent à penser que des opportunités d'emplois peuvent exister », explique Corinne Zerbib, dirigeante de Jobetic. Au candidat ensuite d'envoyer sa candidature spontanée et de se manifester auprès des recruteurs. « Il peut ainsi accéder au marché caché, c'est-à-dire aux offres avant même que celles-ci n'aient été rendues publiques. En temps de crise, c'est un atout non négligeable », note Corinne Zerbib.

Si les sites d'annonces constituent le deuxième levier d'identification des candidats - après les candidatures spontanées, selon une étude publiée en 2008 par le cabinet de recrutement Robert Half - ils sont de plus en plus « challengés » par de nouveaux outils. Désireuses, en période de crise, de sécuriser leur recrutement pour éviter toute erreur de casting, les entreprises peuvent avoir tendance à privilégier leur réseau ou la cooptation plutôt que l'anonymat des sites d'emploi. « Lorsque l'on connaît les gens, c'est une forme de garantie. Cela peut parfois rassurer », relève Henri Kaczmarek, directeur du cabinet de recrutement Menway.

Autre handicap lié aux jobboards : l'afflux massif de CV. Alors que le nombre de candidats en recherche augmente sensiblement avec la crise, les entreprises peuvent craindre d'être débordées par les retours. Ainsi, le nombre de CV publiés sur Monster a bondi de 14% en moyenne mensuelle, entre 2008 et les premiers mois de 2009. Et le taux de réponse par offre est passé de 4,3 en février 2008 à 7,6 un an plus tard...

D'où la démarche suivie par l'Apec, qui a mis en place en janvier dernier le Diagnostic Marché. L'objectif de ce service : permettre aux recruteurs de bénéficier d'une analyse complète de leur offre avant sa publication sur le site. La teneur du texte est décortiquée, tandis que le niveau de rémunération proposé est comparé aux pratiques du marché sectoriel ou local. Enfin, l'Apec fournit à l'avance une estimation du nombre de candidatures que son client pourrait potentiellement recevoir, au vu de la CVthèque du site.

 « Cela permet non seulement de rendre l'annonce plus attractive, mais aussi plus ciblée. Et d'éviter ainsi de recevoir des centaines de profils non qualifiés », explique Jean-Paul Roucau, directeur du service clients de l'Apec.

Autre approche suivie par Monster.fr : une réactivité plus forte des candidats. Ainsi, depuis décembre dernier, le portail propose le service Target SMS, qui permet à l'annonceur de pouvoir contacter le candidat par texto. « Certains recruteurs, par exemple dans les secteurs de service à la personne, de la restauration ou de la communication, ont besoin de réponses immédiates. On leur apporte cette rapidité », note Laurence Bricteux.

Autant d'évolutions qui ne sont pas uniquement dictées par la conjoncture. Ces dernières années, confrontés à la concurrence des réseaux sociaux, ou des systèmes de cooptation, de nombreux professionnels avaient déjà choisi de revoir leur stratégie en profondeur. Tandis que certains, désireux d'apporter un service plus qualitatif que quantitatif, font le choix de la spécialisation - sur un bassin d'emploi, un métier, une population de salariés (dirigeants, femmes, jeunes diplômés, handicapés... -, d'autres tentent de diversifier leur service. « L'idée est de proposer d'autres contenus que la seule diffusion d'offres », explique Gwenaëlle Quenaon-Hervé, directrice de la communication de regionsjob.com.

Le portail Lesjeudis.com avait engagé le mouvement en 2007 en proposant à ses utilisateurs l'accès à un réseau social interne, leur permettant de se mettre en relation et d'échanger sur les postes à pourvoir. Idem chez Regionsjob.com, qui met en place depuis la fin d'année dernière quelque 2 000 vidéos de témoignages d'entreprises, de candidats, ainsi que des conseils d'experts, ou sur Apec.fr qui édite chaque jour des articles conseillant les candidats en recherche. La crise devrait encore accélérer cette mutation.

 

 

 

Multiposting optimise le recours aux sites d'emploi

Lancée en 2008, la société Multiposting délivre un service original. Elle propose aux recruteurs (entreprises, cabinets, agences d'intérim) de saisir leurs offres d'emploi en une seule fois et de les diffuser en un clic sur près de cent jobboards différents, via des partenariats spécifiques. De quoi gagner un temps considérable, mais aussi être plus efficacité dans le recours aux jobboards. « Nous fournissons au recruteur des données précises sur le nombre de CV reçus sur de chaque site d'emploi. Cela lui permet de repérer les plus performants et d'affiner sa sélection », explique Gautier Machelon, l'un des deux fondateurs. Une pression de plus pour les professionnels de l'annonce...

Envoyer par mail un article

Les sites d'emploi veulent rester dans la course

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.