Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

organisation

Duke abat les frontières créatives

14/05/2009 - par Marie Maudieu

Pour mieux répondre aux attentes de ses clients, l’agence interactive a réorganisé ses équipes créatives en unités où les talents sont plus diversifiés que jamais. Le credo: la création vient de partout.

Dix ans, l'âge de raison? Pour l'agence interactive Duke, passée sous le pavillon américain d'Avenue A Razorfish il y a deux ans, il semblerait plutôt que ce soit l'âge des (petites) révolutions. Le départ de Christine Santarelli, à l'été 2008, a laissé Matthieu de Lesseux seul aux commandes.

L'occasion de remettre à plat l'organisation de l'agence, notamment de ses équipes créatives, soit une quarantaine de permanents sur 170 collaborateurs. Duke avait «beaucoup grossi», explique Christopher Oldcorn qui, depuis la rentrée, assure en tandem avec Aurélie de Villeneuve la direction de création de l'agence.

Le principe fondateur: «La création peut venir de partout, résume le créatif. Nous ne pouvions pas tenir ce discours auprès de nos clients sans faire sauter des barrières en interne». «La création est réorganisée en petites unités d'environ huit personnes, détaille Aurélie de Villeneuve. Chacune étant responsable d'un ou deux gros budgets et de budgets moins importants. »

Au «core team» composé d'un directeur artistique et d'un concepteur-rédacteur s'ajoute désormais un développeur, «lequel peut parfaitement être le meneur de projet», souligne Christopher Oldcorn. «En cas de compétitions, nous organisons des "war rooms", poursuit-il. Nous nous créons une "deuxième ligne", avec un pôle vidéo intégré à l'agence, des motion designers, un ergonome architecte de l'information, etc.»

Diversification des expertises

Le double avantage de cette nouvelle organisation est un meilleur équilibre entre les projets, grâce à une implication de tous dès leur démarrage et une meilleure transmission des savoir-faire et des expertises, notamment pour les juniors. «Cela reste parfaitement dans l'esprit fondateur de Duke, qui est, selon le mot de Matthieu de Lesseux, une aventure humaine avant tout», observe Christopher Oldcorn.

Ici, la fidélité n'est pas un vain mot. Du côté des salariés, mais aussi du côté des clients (Levi's, McDonald's, SNCF, etc.), cette relation durable étant «l'un des principes fondateurs de Duke», précise Aurélie de Villeneuve.

Conséquence de cette nouvelle structuration de la création, une diversification des expertises. Parmi les nouveaux arrivants, de nouveaux métiers: une architecte de l'information (Sylvie Daumal), une planeuse graphique chinoise (Qihui Huang) ou un directeur technique «front office» (Philippe Pereira).

Ces derniers mois, Duke a débauché des talents issus des agences traditionnelles, comme Aurélie Achériaux, chargée d'études, ex-TBWA, ou  deux anciens de Lowe Stratéus, Frédérique Carré et Christophe Perruchas, nommés concept managers.

Envoyer par mail un article

Duke abat les frontières créatives

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.