Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Ressources humaines

Le Monsieur Différences de France Télévisions

14/05/2009 - par Amaury de Rochegonde

Olivier Harland, directeur de projet en charge de la mission Différences au sein de la télévision publique, plaide pour l'emploi de comédiens et de techniciens handicapés par les producteurs.

Il a la courtoisie de venir chercher et de raccompagner ses visiteurs à la porte de l'ascenseur. Pourtant, Olivier Harland, directeur du projet de la mission Différences à France Télévisions, est handicapé moteur et se déplace avec peine.

Mais, pour cet homme alerte, entré à la télévision publique en 1979 pour répondre aux courriers de l'émission C'est la vie de Noël Mamère, la différence s'exprime aussi par quelques gestes simples qui montrent que le handicap n'est pas insurmontable.

Sa mission ? «Mon vrai combat, c'est de combattre la peur. Notre boulot, c'est de changer les regards», répond celui qui est chargé de la représentation sur les antennes non seulement du handicap, mais aussi de la vieillesse ou des minorités ethniques.

Pas question pour lui d'apparaître comme un censeur ou de se faire le porte-parole des associations qui le pressent de répercuter leurs motifs de mécontentement. Olivier Harland, ancien étudiant de l'École supérieure de publicité, spécialisé en relations publiques, se veut plus constructif : «Je me refuse à être un commissaire du peuple, je veux mettre de l'huile dans les rouages.»

Présent au dernier MIP TV à Cannes, en avril, il a par exemple rencontré pas moins de vingt-cinq maisons de production pour examiner avec elles comment mieux intégrer dans leurs projets les diverses composantes de la société française.

En attente de progrès sensibles

«J'appelle les comédiens et les techniciens handicapés à se faire connaître des producteurs», explique-t-il en soulignant que depuis le 1er janvier, une réforme permet d'intégrer les personnes handicapées ayant moins de six mois d'ancienneté aux quotas des 6% d'effectifs fixés par la loi.

Un intermittent handicapé travaillant sur une fiction pour un ou deux mois entrera ainsi de plain-pied dans les quotas, qui permettent aux entreprises de ne pas payer d'amende. Déjà,  une école créée par Pascal Parsat, Regard'en France, forme des handicapés à la comédie.

Quid des autres différences ? Olivier Harland aimerait bien que, comme pour le handicap, on puisse mesurer des progrès sensibles. Que les seconds ou les premiers rôles tenus par des représentants de la diversité ne soient pas l'exception. Que les Audrey Pulvar ou les Harry Roselmack ne soient pas l'arbre qui cache la forêt.

Il s'intéresse aussi à l'image qu'on donne sur les antennes du service public des personnes âgées. «La différence ne doit pas apparaître uniquement comme problème, dit-il. Même si la vieillesse renvoie les gens à leur propre image.» Après tout, le Téléthon l'a montré : le téléspectateur ne demande-t-il pas qu'à être éduqué ?

Envoyer par mail un article

Le Monsieur Différences de France Télévisions

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.