Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Délais de paiment : l'amélioration se fait attendre

15/05/2009 - par Lionel Lévy

Malgré la loi LME raccourcissant les délais de paiement, les PME de la communication rencontrent toujours autant de difficultés à se faire régler dans les temps.

Pour les patrons de PME, les délais de paiement et leurs nombreux abus relèvent du cauchemar. L'expérience de Philippe Gaspard en témoigne. Cet ancien vice-président d'Edelman Paris, aujourd'hui à la tête de la filiale marocaine de l'agence de design et de décoration Muzéo, vient de déposer le bilan de son agence-conseil en communication, Gaspard Public Relations, créée il y a sept ans.

Cause de sa défaillance: des clients qui ne règlent pas les honoraires à la date convenue. «En temps normal, les délais étaient déjà rarement respectés. Mais avec la crise, c'est devenu n'importe quoi», s'insurge Philippe Gaspard. Conséquences: la mort par asphyxie et la mise au chômage de quatre salariés.

Gaspard PR n'est pas un cas isolé. Selon la Commission européenne, une entreprise en faillite sur quatre l'est à cause de retards de paiement. Avec la particularité pour les entreprises françaises de payer leurs créances le plus tard possible (102 jours en moyenne), souvent au-delà des délais contractuels, alors que les entreprises de nos grands voisins (Allemagne, Grande-Bretagne) les respectent.

«En France, les pires abus concernent les contrats passés avec le secteur public (État, collectivités territoriales, etc.), précise Stéphane Billiet, patron de l'agence Hill & Knowlton et président du Syntec RP. Des honoraires qui peuvent ne pas être réglés avant cinq ou six mois.»

Conscients des difficultés engendrées, les pouvoirs publics se sont décidés à agir. Dans le cadre de la loi de modernisation de l'économie (LME), applicable depuis le 1er janvier 2009, les délais de paiement ne peuvent dépasser 45 jours fin de mois ou 60 jours à compter de la date d'émission de la facture, sous peine de sanction.

Les clients en position de force

Pour les entreprises de communication, cette loi ne devrait pas servir à grand-chose. «Dans notre secteur,les contrats types prévoient le paiement des honoraires à trente jours, explique Sophie Cornet, directrice associée de l'agence C'est dit, c'est écrit et secrétaire générale de l'association Information Presse & Communication. Alors, finalement, cette loi pourrait même avoir un effet pervers: rallonger les délais au lieu de les raccourcir.»

La situation s'est-elle dégradée depuis le début de l'année? Certaines agences de communication interrogées par Stratégies évoquent de très grandes difficultés, qui les poussent à parfois se séparer de collaborateurs faute de pouvoir les payer en temps et en heure, voire à envisager la faillite.

Sous couvert d'anonymat, la patronne d'une petite agence parisienne évoque ainsi «des clients peu scrupuleux qui, position de force oblige, imposent leurs règles et délais de paiement, quand parallèlement les banques et l'Urssaf ne veulent rien entendre des problèmes rencontrés».

Du côté des organismes représentatifs de la profession, les avis divergent. «Nous avons peu de remontées d'information sur ce sujet de la part de nos adhérents, indique Frédérique Pusey, présidente du Syndicat national des attachés de presse et des conseillers en relations publiques. J'ai le sentiment que si les clients sont tous à la recherche de zones d'économies, ils n'exercent pour le moment aucun chantage sur les délais.»

Il faut dire que les agences sont plutôt discrètes sur leurs difficultés. Stéphane Billiet avance une explication: «Dans notre secteur, les ego sont très forts et rares sont ceux qui souhaitent dévoiler sur la place publique leurs difficultés à boucler les fins de mois.»

Syndicats et organismes représentatifs de la profession constatent cependant des indicateurs inquiétants, comme le non-renouvellement d'adhésion de certains membres ou des demandes d'étalement de paiements de cotisations de plus en plus fréquentes. Le conseil d'administration d'Information Presse & Communication vient même de lancer une enquête auprès de ses 300 membres pour mesurer leurs difficultés liées aux retards de paiement des clients. «Le cas échéant, nous demanderons d'obtenir pour notre secteur des dérogations à la loi», précise Sophie Cornet.

Envoyer par mail un article

Délais de paiment : l'amélioration se fait attendre

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.