Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

recrutement

Les clubs de foot s'entichent des pros des médias

17/09/2009 - par Lionel Levy

De plus en plus de dirigeants de médias prennent les rênes de clubs de sport de haut niveau. Existe-t-il un profil particulier pour intéresser un club ?

Un de plus ! Depuis le 9 septembre, Robin Leproux, l'ancien homme fort de RTL, est officiellement le nouveau patron du Paris Saint-Germain. C'est le n-ième homme de médias nommé président d'un club de foot français de haut niveau. Le club de la capitale n'en est pas à son coup d'essai. Avant Robin Leproux, Michel Denisot, Charles Biétry ou Charles Villeneuve se sont essayés au même poste, avec des fortunes diverses. Dans les autres clubs également, on s'entiche de journalistes que l'on installe à la tête de clubs huppés. Citons Pascal Praud, ancien de TF1, aujourd'hui directeur général du FC Nantes, Christophe Bouchet, journaliste au Nouvel Observateur, qui présida l'Olympique de Marseille (OM) de 2002 à 2004 ou Jean-Claude Dassier, ex-directeur de l'information de TF1, à la tête de l'OM depuis juillet dernier.
Pourquoi les professionnels des médias sont-ils recherchés ? Ont-ils des qualités et des compétences spécifiques pour embrasser ce nouveau rôle ? Pour beaucoup, la filiation entre sport et médias est toute naturelle. Un bon management des équipes, une saine gestion d'un budget, une appétence au marketing et à la communication… autant de qualités que l'on développe dans les médias. Sans compter qu'après tout, un club de renom comme un média ont la même finalité, à savoir générer de l'audience. Pour d'autres, ces nominations n'ont aucun caractère légitime. «Que dirait-on si un président de club prenait la direction de TF1, questionne le journaliste deL'Express Renaud Revel sur son blog. C'est comme si le foot était la seule activité économique ne requérant aucune connaissance particulière pour occuper les plus hauts postes.» «Faux débat, répond Étienne Moati, journaliste à L'Équipe. Lorsqu'un industriel prend la présidence d'un club, personne ne s'interroge sur ses connaissances footballistiques. De toute façon, un président de club délègue généralement le côté sportif. Il est en place pour gérer l'entreprise au quotidien et surtout l'incarner au mieux.» Tous ont le même profil. «Des expérimentés à la main de fer dans un gant de velours», résume Rachel Pretti, journaliste à France football. Leurs motivations ? Basculer financièrement pour certains, allier passion et surcroît de notoriété pour la plupart «Plus que les clubs, ce sont surtout les journalistes qui sont demandeurs, remarque Étienne Moati. D'observateurs, ils veulent devenir acteurs. Et comme les relations entre sport et médias sont poreuses, ça marche. Un peu comme si leur principale qualité pour avoir le poste était d'avoir le bon réseau pour qu'on leur propose.»

«Savoir prendre des coups et de la distance»

Mais un club de football n'est pas une entreprise comme une autre. « À la différence du marché économique, celui du sport est fondé sur l'émotion et sur l'incertitude du résultat, relève Martine Prual, spécialisée dans le reclassement de cadres et dirigeants de la communication et des médias chez Exelteam. Si un président de club doit avoir toutes les qualités d'un bon chef d'entreprise : autorité, sens du dialogue, capacité à convaincre et à motiver ses équipes, etc., il doit aussi savoir gérer l'émotion et les sensibilités de tous les publics du club.» Là encore, le club de sport se différencie de l'entreprise lambda. Outre les actionnaires, le président doit faire face à un vestiaire composé de stars et d'intransigeants supporters. Pourquoi le directeur d'une rédaction ou un journaliste expérimenté seraient-ils susceptibles de réussir ? «Dans les rédactions aussi, il y a des stars, commente Martine Prual. Un bon dirigeant dans les médias a appris à gérer les susceptibilités des uns et des autres.» Si de surcroît, il a été journaliste, c'est un plus. «Ils sont habitués à parler et à s'adapter à toutes sortes de public», estime-t-elle. Rachel Pretti, de France football, abonde et complète : «Si les clubs les choisissent, c'est aussi, voire surtout, parce qu'ils sont censés maîtriser toutes les ficelles de la communication et bénéficier d'un carnet d'adresses fourni.». De là à espérer contenir les «amis» journalistes… «Ils savent exactement comment on travaille et ce dont on a besoin, mais il ne faut pas qu'ils espèrent obtenir des papiers complaisants, assure Étienne Moati, de L'Équipe. Si les résultats sportifs ne suivent pas, ils savent que tout le monde leur tombera dessus.» En football, rendre des comptes en termes de puissance d'image et de visibilité médiatique ne suffit pas, un dirigeant est surtout jugé sur la qualité des résultats sportifs du club.
«La première qualité d'un dirigeant de foot est de savoir prendre des coups et de la distance», estime Bruno Skropeta, ancien journaliste à Téléfoot (TF1), passé à la direction de la communication du PSG. Son ex-collègue de la Une Pascal Praud est du même avis. Actuel directeur général du FC Nantes, il a essuyé à de nombreuses reprises, avec son ami et président du club Waldemar Keita, la colère des supporteurs. «Quand on a été à TF1, prendre des coups, on sait ce que sait, explique-t-il. Cette expérience m'a permis de mieux encaisser et de relativiser.» Tous se savent sur un siège éjectable. «Un dirigeant de club reste en poste deux ans en moyenne», rappelle Pascal Praud. Pas beaucoup moins finalement qu'un patron de média en période de crise…

 

Verbatim

« La première qualité d'un dirigeant de foot est de savoir prendre des coups et de la distance », Bruno Skropeta (PSG)
« Ils savent exactement comment on travaille et ce dont on a besoin, mais de là à obtenir des papiers complaisants, il y a une marge», Étienne Moati (L'Équipe)
 

Envoyer par mail un article

Les clubs de foot s'entichent des pros des médias

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.