Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

formation

La difficile évaluation des écoles

03/12/2009 - par Lionel Levy

Le cabinet SMBG vient de publier un palmarès des meilleures formations de niveau licence en communication et médias, dont les critères font débat. Ce qu'il faut savoir pour choisir la bonne école.

Pas facile pour un étudiant de s'y retrouver parmi les nimbreuses écoles de communication et de médias qui ont pignon sur rue en France. «Ce secteur a toujours fait rêver, mais c'est aussi sans doute celui où il y a le plus de boîtes à fric», estime Martial Guiette, président du cabinet SMBG. Pour y voir plus clair, ce cabinet, après s'être intéressé aux meilleurs masters hexagonaux, vient de publier le classement des meilleures licences («bachelor» en anglais). Une première.

Le palmarès en communication et médias couronne la licence du Celsa, qui arrive en tête avec cinq étoiles. Celles de l'IFP et de Sciences com à Nantes, toutes deux avec deux étoiles, complètent le trio de tête (voir tableau). Ces étoiles, préférées à des notes, délivrées par les équipes du SMBG s'appuient sur quatre critères : la notoriété auprès des employeurs, le salaire de sortie (salarié premier emploi), la poursuite d'études et le retour de satisfactions des étudiants.

A noter que la majorité des formations de la communication primées parmi les dix premières ne recueillent pas plus de deux étoiles. «C'est à peine la moyenne, précise Martial Guiette. Cela montre que le secteur de la formation initiale en communication est très hétérogène et peu mature.»

Si ces propos sont peu amènes vis-à-vis des écoles de communication, celles-ci le lui rendent bien. Beaucoup disent ne prêter «aucune attention» à ce classement, qu'elles jugent «peu scientifique». «Comité scientifique fantôme», satisfaction des étudiants fondée sur une «poignée d'entre eux non signifiante» «mails lapidaires» envoyés aux entreprises et directions d'école, «réponses non vérifiés fondées sur du déclaratif», confusion des genres liée à l'activité de vente d'espace publicitaire du SMBG… les critiques pleuvent. Certaines écoles, pourtant primés par le SMBG, jugent la méthode de classement peu opérante. Il est vrai que le propre d'un palmarès est de faire des déçus…

Quoiqu'il en soit, il est bien difficile d'établir une hiérarchie au sein des licences en communication. D'abord parce qu'à ce niveau d'études, les enseignements sont le plus souvent généralistes. Les spécialisations métiers n'interviennent véritablement qu'après. Et quand elles ne le sont pas, les programmes sont très difficilement comparables car ne portant pas sur les mêmes métiers de la communication.

S'adapter aux besoins des employeurs

Le périmètre des formations à la communication est particulièrement large. Les écoles de design renommées, comme l'Ecole Olivier de Serres (Ensaama), Penninghen ou Estienne, proposent par exemple des options publicité. Sans parler de la ribambelle d'écoles de commerce formant de futurs chefs de publicité et autres responsable communication. Quels sont alors les critères permettant de départager les programmes ?

La sélection à l'entrée est un premier élément. En la matière, le Celsa se démarque. «Nous recevons entre 1 200 et 1 500 demandes de candidature pour ne sélectionner après concours que 10% d'entre elles», précise Olivier Aïm, responsable des programmes licence au Celsa.

La qualité des installations, du matériel et bien entendu des enseignements est encore plus fondamentale. «Les métiers de la communication sont en pleine évolution, souligne Eric Warin, directeur général adjoint de Sciences com. Les bonnes formations sont celles capables de s'adapter au mieux aux besoins des employeurs.» Encore faut-il être proches d'eux.

Pour ce faire, outre les forums et autres rencontres professionnelles, nombre d'écoles engagent des chargés de cours professionnels capables d'influer sur les contenus des cours et éventuellement de former les étudiants à leurs problématiques. A Sciences com, Sup de Pub ou l'Iscom, plus de la moitié des enseignements sont ainsi assurés par des professionnels en poste. Une façon d'être plus en adéquation avec les besoins du marché.

Dans ces écoles, les entreprises ont par exemple la possibilité de tester les étudiants en proposant des jeux d'entreprises, lancements de produits et autres cas concrets de stratégies de marque qui peuvent, comme à l'Iscom, être confiés à des étudiants de troisième et quatrième année, réunis en micro-agence au sein de l'école.

Mais la qualité d'une formation s'évalue surtout aux débouchés qu'elle offre. Taux d'insertion professionnelle, durée moyenne de recherche d'emplois, salaire première embauche et importance du réseau des anciens sont autant d'éléments à regarder de près.

Mais comme après une licence, 80% des élèves choisissent de poursuivre leurs études, le poids des stages dans la formation, leur qualité (les expériences à l'étranger sont très appréciées des recruteurs) et la facilité à en obtenir est un indicateur pertinent. «Chez nous, aucun étudiant ne se retrouve sans stage, souligne Olivier Aïm, du Celsa. On propose au minimum quatre stages à chacun de nos étudiants.» Toutes les écoles ne peuvent en dire autant…

 

Les meilleures licences en communication & médias

Nombre d'étoiles rang Nom du programme et de l'établissement
5 1 Licence de l'information et de la communication du Celsa
3 2 Licence information/communication de l'Institut français de presse (IFP)
3 3 Bachelor Métiers de la communication et des médias de Sciencescom
3 4 Bachelor of business administration de l'Institut de communication et relations publiques de l'ESGCI
2 5 Bachelor Communication du Ceram
2 6 Programme Bachelor SPCom de Sup de pub
2 7 Licence Communication de l'ISTC-Université catholique de Lille
2 8 Licence professionnelle ATC-MTS de l'Université Picardie-Jules Verne
2 9 Programme grande école de communication de l'Iscom
2 10 Bachelor Communication globale de l'Institut international de communication de Paris (IICP).

Envoyer par mail un article

La difficile évaluation des écoles

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies