MARKETING COMMUNICATION MEDIAS

Date de parution :

Votre Flux Rss Stratégies Management

Des chartes protectrices pour réseaux sociaux ?

Ressources humaines

09/12/2010 -

Les entreprises commencent à adopter des chartes et des directives pour encadrer la parole de leurs salariés sur les médias sociaux. Une manière de protéger leur e-réputation et de prévenir tout risque juridique…

Un salarié peut-il encore parler de son travail sur un réseau social sans porter atteinte à l'image de son employeur? Le sujet a fait grand bruit le mois dernier: le conseil des prud'hommes de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) a validé le licenciement de deux ex-salariées de la société de services en ingénierie informatique Alten-SIR, qui avaient critiqué leur hiérarchie sur Facebook en septembre 2008.
Dans cette affaire, les mouvements d'humeur publiés par une salariée sur son «mur» Facebook, les rendant ainsi visibles par «ses amis et leurs amis», ont mis le feu aux poudres. «Avec ce paramétrage, on considère que l'information tombe dans le domaine public», précise Emmanuel Walle, avocat, directeur du département droit du travail numérique au cabinet Alain Bensoussan. Pourtant, d'après un sondage BVA réalisé fin novembre pour La Tribune, 67% des Français – et 89% des 15-24 ans – estiment qu'on «peut très bien s'inscrire sur Facebook» à condition de faire attention.

Les deux salariées concernées ont fait appel. Mais si la décision est confirmée, elle fera jurisprudence. Une petite bombe potentielle, car elle consacre Facebook comme un lieu d'expression public. Et incite d'autant plus les employeurs à rappeler les règles du jeu, à l'heure où ce réseau compte plus de 20 millions de membres en France et où vie privée et vie professionnelle s'entremêlent.

Et ce n'est pas fini: plusieurs dossiers de contentieux similaires sont en cours de traitement. Comme celui de ces trois ex-salariées de l'association SOS-Femmes de Périgueux, licenciées après des propos émis sur Facebook. Ou l'affaire de la «petite Anglaise», cette blogueuse licenciée d'une maison d'édition parisienne pour avoir relaté avec humour son quotidien dans son entreprise. Ou encore cette «blonde qui dérange», salariée dans l'hôtellerie et blogueuse à succès sur Lepost.fr, licenciée car elle y racontait parfois sa vie professionnelle.

Afin de se prémunir de tout risque de contentieux, beaucoup de services RH cherchent désormais une manière de formaliser la manière dont les salariés peuvent parler de leur «vie en boîte» sur les médias sociaux. Aux États-Unis, les Social Media Guidelines font florès. Référencées sur le site Social Media Governance, ces directives ont permis à IBM, Cisco, Intel, Kodak, Best Buy ou Coca Cola de rappeler des règles de bon sens: l'e-locuteur doit cultiver la clarté («Identifiez vous clairement et précisez que ces publications reflètent vos opinions, pas celles de l'entreprise»), l'optimisme («Restez fier», «Soyez un leader»), la discrétion (ne jamais révéler une allégeance politique, des chiffres, etc.) ou la prudence («Gardez à l'esprit que ce que vous publiez restera en ligne longtemps»).

Les entreprises françaises sont elles aussi en pleine réflexion. D'après nos informations, La Poste et la Société générale planchent sur le sujet. Le groupe Pages jaunes réfléchit à un guide de bonnes pratiques qui expliquerait comment fonctionnent les réseaux sociaux, et comment y communiquer. Alcatel, pour sa part, a adopté dès mai 2009 une charte interne. «Nous l'avons mise à jour en mai 2010 en y incluant les médias sociaux. Nous y donnons des conseils: ce que l'on peut dire ou pas sur ces espaces publics, par exemple ne pas divulguer des informations confidentielles sur l'entreprise, sur des clients sans leur accord préalable, etc.», explique Stéphane Lapeyrade, animateur de communauté chez Alcatel. Bouygues Telecom, lui, a adopté sa charte il y a un an. «Elle tient sur deux pages, mais au moins, ce sont des règles écrites», précise Alain Moustard, directeur des systèmes d'information de l'opérateur mobile.

Cadrer ou éduquer?

Plusieurs médias sont également en pointe sur le sujet. Le New York Times ou Reuters ont ainsi édicté des règles quant à l'utilisation de Twitter (lire l'encadré). Reuters, dans son «Handbook for Journalism», rappelle l'interdiction de dévoiler ses scoops sur Twitter, la nécessité de disjoindre compte professionnel et compte personnel, etc. À l'AFP, François Bougon, journaliste chargé des réseaux sociaux depuis septembre et «social media editor», élabore une charte maison. «Nous y rappellerons des faits objectifs, des règles juridiques: c'est indispensable lorsqu'on est présent sur de nouveaux territoires comme Twitter», précise-t-il.
Mais le sujet est délicat: à Radio France, l'idée même de charte fait débat. «Je préfère un mode d'emploi où l'on nous donnerait des conseils. À mon avis, une charte est par essence restrictive. Il faut plutôt s'autoréguler», plaide Benjamin Muller, journaliste et «twittos» averti.


Page 1/2
Sur le même sujet :
Le social media marketing impose ses marques
La présence de grandes marques et d'experts internationaux a permis de faire un bilan à date de cette ruée vers les réseaux sociaux et de constater les réussites,...
Marques et blogs, comment communiquer ?
Aux côtés des médias traditionnels, les blogueurs sont devenus un relais important des marques. À tel point que certains les présentent comme «les nouveaux...
En veille
..). Depuis cet épisode, les collaborateurs de July Ung comparent souvent ce pur produit «Procter» au lapin increvable pour son énergie et son incessant dynamisme....
Photo et réseaux sociaux
Des «mobinautes» de tous âges qui prennent des photographies tout le temps: dans la rue, en concert, à travers la buée d'une fenêtre, à table... avant de les...
Médias sociaux et démocratie
« Don't hate the media, become a media», a dit le chanteur et activiste Jello Biafra. Barack Obama et son équipe semble avoir intégré ce gimmick à leur...
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

STRATEGIES SUMMIT
Annuaires professionnels en ligne

STRATEGIES SERVICES