Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La vigie du Louvre

19/01/2012 - par Cathy Leitus

Chef du service multimédia du musée du Louvre, Agnès Alfandari favorise l'esprit pépinière de son équipe de 20 personnes dans un souci de veille et de partage de l'information.

En mars, un nouvel audioguide innovant sera mis à disposition des visiteurs du Louvre: la console 3DS de Nintendo. L'été prochain, le nouveau département des arts de l'islam donnera toute sa place à des dispositifs multimédias in situ permettant aux visiteurs de vivre une expérience muséographique différente. Une nouvelle forme de médiation conçue par le Museum Lab, un laboratoire sans équivalent, fruit d'un partenariat entre le Louvre et Dai Nippon Printing. A la barre de ces chantiers qui s'enchaînent, à l'instar de la refonte, l'an dernier, du site louvre.fr et de ses applications pour smartphones et tablettes: un service multimédia interne de 20 personnes, dont une dizaine en «CDD mécénés» sur des projets ad hoc. Et une femme qui, depuis cinq ans, orchestre les développements numériques du musée.

Agnès Alfandari, trente-neuf ans, revendique l'expertise de la maison portée par «la passion, le talent et la motivation de toute une équipe». Voire l'abnégation. Les salaires proposés par l'établissement public sont près de deux fois moins élevés que dans le privé. Agnès Alfandari a appris à batailler avec l'administration pour défendre sa cause et convaincre les conservateurs du musée de la non-concurrence entre visite réelle et virtuelle, soutenue en cela par le président du Louvre, Henri Loyrette. «Elle est combative pour son service, ferme sur ses convictions, mais avec diplomatie», précise Stephanie Orlic, chef de l'unité Hors les murs, l'une des trois que compte le service multimédia (avec Internet et Contenus).

«Etre un digital manager, dit-elle, c'est avoir une très bonne connaissance de l'écosystème, à la fois des technologies, des architectures techniques et des matériels.» Historienne de l'art, devenue auteur aux grandes heures du CD Rom, puis chef de projet multimédia à la RMN avant de rejoindre le Louvre, Agnès Alfandari n'est pas une «geek». En revanche, elle veut tout connaître car «[sa] motivation, c'est de comprendre et d'anticiper les usages culturels que permet la technologie».

«Le numérique évolue si vite…»

La veille est évidemment capitale dans son secteur. «J'ai le souci de conserver un esprit pépinière dans le service, indique-t-elle. J'aime m'attaquer à la face Nord. J'encourage les agents [on ne parle pas de collaborateur dans le service public] à assister à des colloques, des salons, à aller aux expos et surtout à partager l'information dans des réunions de veille, un espace en ligne ou par mails. Le numérique évolue si vite que je dois aussi organiser le service de sorte de pouvoir libérer 30% du temps en cas d'opportunités, notamment de nouveaux partenariats.»

Son équipe lui reconnaît de belles qualités humaines. «Elle nous laisse une grande autonomie, mais avec un réel accompagnement», souligne-t-on. Sur son agenda, le mardi après-midi est une plage réservée à chacun. «Ses maîtres mots sont fiabilité et respect, note Stéphanie Orlic. Pour elle, il faut avoir conscience de ses difficultés, les anticiper et les partager pour ne pas mettre en retard tout un projet.»«Oui, je recrute sur ces critères-là, confirme l'intéressée. Je peux m'impatienter si on me soumet un problème sans piste de solutions. Comment arbitrer alors?»

L'organisation en mode projet prévoit des outils transversaux de pilotage et de partage. Des réunions d'échanges permettent à un chef de projet de soumettre à ses collègues une problématique et de croiser ainsi les compétences et les expertises. «Le numérique, comme les services audiovisuel ou édition, exige du pragmatisme, de l'expérimentation, de l'audace et de l'humilité», souligne Juliette Armand, sa chef, la directrice de la production culturelle, qui lui reconnait ces qualités. «Agnès fait partie de ces personnes rares qui ont à la fois la connaissance et la conscience des enjeux numériques pour le musée et la capacité de porter une vision stratégique.»

Envoyer par mail un article

La vigie du Louvre

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.