Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Fan d'elles

20/06/2013 - par Solange Brousse

Ian Hogarth, le jeune PDG de Songkick, service en ligne pour les accros de musique, est un féministe convaincu qui accorde neuf mois de congés aux nouveaux pères de son équipe.

Songkick est un service en ligne pour les fans de musique live, destiné à faciliter le suivi des tournées de leurs groupes favoris. Ils s'inscrivent sur le site, reçoivent gratuitement des alertes lorsque les artistes qu'ils suivent passent près de chez eux et accèdent plus facilement aux vendeurs de tickets en ligne. Songkick peut aussi être intégré dans certains sites, comme Spotify, avec lequel la société vient de signer un partenariat. Enfin, son nouveau service Detour donne la possibilité au public de faire venir les artistes de son choix dans sa ville en faisant préacheter des billets. Lancée à Londres en 2007, cette start-up a grossi pour devenir une entreprise comptant aujourd'hui trente personnes (développeurs et marketeurs), d'envergure mondiale dans le marché de la vente de musique live.

«Nous avons graduellement réussi à devenir des managers, se souvient son PDG, Ian Hogarth, cofondateur de la plate-forme avec Michelle You et Pete Smith. Je suppose qu'on apprend à le devenir en pratiquant. On fait des erreurs et on apprend. Le plus dur, c'est d'embaucher et de licencier des gens…»

Ce trentenaire est titulaire d'un master en «machine learning» («apprentissage automatique», qui permet le traitement automatique de données), obtenu à l'université de Cambridge (Grande-Bretagne), a appris le chinois et l'art du DJing en Chine, et a travaillé pour la société Bain, à Singapour. Puis il est rentré pour fonder Songkick. Après avoir eu l'idée de départ, les trois partenaires ont réuni des financements, notamment d'Y Combinator, un incubateur technologique prestigieux de Boston, aux Etats-Unis. Six ans plus tard, le désormais patron estime toujours, malgré la crise, que les bons «techs» (les profils «nouvelles technologies») sont difficiles à trouver.

«On doit bien identifier les capacités que l'on va rechercher chez les candidats. On doit rester déterminé, y passer plusieurs mois, garder un haut degré d'exigence, affirme-t-il. Nous, nous cherchons des gens qui puissent gérer l'incertitude, trouver des solutions à des problèmes que l'on a du mal à identifier. Qui essaient quelque chose, ça ne marche pas, réessaient autre chose, ça ne marche toujours pas, réessaient encore et encore… Alors que la plupart des gens deviennent frustrés, nous cherchons ceux qui continuent à expérimenter.»

Le soutien du fonds Sequoia Ventures

Songkick, qui reçoit en moyenne dix CV chaque jour, est une petite fierté nationale. Il y a un an, la start-up a levé 10 millions de dollars auprès de Sequoia Ventures, un fonds de la Silicon Valley qui a notamment investi dans Apple, Google, You Tube, Pay Pal et Dropbox, «devenant la première firme en Grande-Bretagne dans le portfolio de Sequoia Ventures», dixit The Guardian. Récemment, elle s'est illustré par une politique de management féministe, en allant jusqu'à accorder un congé paternité de neuf mois aux nouveaux pères de son équipe, plaçant ainsi hommes et femmes sur un pied d'égalité.

«La cofondatrice Michelle You est devenue très à l'écoute de ce genre de problématiques, raconte Ian Hogarth. Elle a fortement défendu l'idée que nous devions être les champions dans la lutte pour l'égalité hommes-femmes. Je ne me serais pas défini comme féministe avant Songkick, mais je reconnais aujourd'hui que les “techs” sont une industrie vraiment dominée par les hommes. Pour changer ça, nous avons mis en place ce congé, d'autres ont embauché des gens en masquant leur genre. On ne l'a pas encore fait… mais on pourrait l'envisager.»

Songkick refuse de placer ses employés sur les listes d'invités lors des concerts, puisque cela ferait perdre le sens de ce qu'est «être fan». L'entreprise les force donc de fait à acheter leurs tickets, tout en leur versant, cependant, un supplément de salaire à cette fin.

 

Son parcours en bref

2005. Diplômé de Cambridge en «machine learning».

2005-2006. Étudie le mandarin à l'université de Tsinghua, à Pékin.

2006-2007. Travaille pour Bain & Company.

2007. Création de Songkick.

2013. Lancement de Detour. 

Envoyer par mail un article

Fan d'elles

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies