Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La journée inversée, c'est vraiment Sioux

10/03/2000

A l'agence Sioux, le 29février, c'est un créatif qui décroche le téléphone. Il troque son éternel col roulé contre une cravate pour relancer les prospects et leur arracher un rendez-vous sous huitaine. Pendant ce temps, le chef de pub farfouille sur le disque dur du Mac à la recherche des éléments qui permettront de réaliser un logo conforme à la commande. Une fois par an, cette agence de publicité, installée à Lille depuis moins de deux ans après trois ans à Villeneuve d'Ascq, organise une «journée inversée». Ce jour-là, les dix salariés de l'agence, dont la clientèle est composée à égalité de PME et de quelques grosses enseignes (Vog Coiffure, Décathlon, Leroy Merlin...), se soumettent à un tirage au sort et s'astreignent à faire le travail de leurs collègues, y compris le secrétariat en charge de l'accueil. Pour le patron, Emmanuel Debuyck, il s'agit avant tout de régler le traditionnel conflit entre créatifs et commerciaux: les trop lents, les jamais contents, les pas assez clairs et ceux qui ne comprennent rien à ce qu'on demande. Pour la production, c'est une journée perdue, mais pour les Sioux, qui cultivent l'esprit tribu, c'est autre chose. Le lendemain, le créatif reclasse ses fichiers, le commercial vérifie auprès de ses clients que tout va bien. Mais le climat a changé.«Chacun a pris conscience de l'importance de l'autre et des difficultés de sa fonction», reprend Emmanuel Debuyck. L'idée est plutôt prise à la rigolade lors du brief de préparation, mais chacun joue son rôle d'emprunt avec sérieux. L'expérience révèle même des talents nouveaux. Au téléphone, le créatif interpelle le client avec une franchise inhabituelle:«Vos publicités sont nulles!». Le rentre-dedans fait frémir les commerciaux habitués à la négociation, mais il obtient dix rendez-vous en un jour. Un record. Le commercial, de son côté, s'étonne du temps qu'il faut pour aboutir à un résultat et suggère d'autres méthodes de travail.«Lorsque j'ai dû contacter des patrons de PME, j'étais désespérée,avoue Émilie Bellefontaine, qui assure les relations presse de l'agence.Téléphoner aux journalistes, c'est tout autre chose.»

France Télécom emboîte le pas

Du coup, l'équipe est mieux soudée et les complémentarités s'affirment.«Il faut recommencer de façon systématique,ajoute Emmanuel Debuyck.Attendre que naissent les conflits et les tensions pour lancer ce genre d'opération, c'est courir à l'échec.»Les clients, eux, sont ravis. L'agence prend la précaution de les prévenir et ils trouvent en général la méthode intéressante.«Nous leur prouvons que nous ne sommes pas seulement créatifs dans notre domaine, mais aussi dans l'organisation du travail et le management. Ils apprécient.»Il y a quand même des surprises.«Personne ne m'a jamais parlé comme ça au téléphone!», hurle le patron d'une société cliente. On frôle le drame. Le lendemain, il est mis au courant et s'enthousiasme pour l'expérience. Ouf! Un autre, France Télécom, trouve l'idée tellement bonne qu'il décide d'instaurer chez lui sa propre journée inversée. Si vous devez téléphoner un jour aux réclamations, vous voilà prévenu.

Envoyer par mail un article

La journée inversée, c'est vraiment Sioux

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies