Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La communication politique, ça s'apprend

02/06/2000

La communication publique? Bien sûr qu'il faut s'y former! avertit d'emblée Jean-Marie Cotteret(1), directeur du DESSCommunication politique et sociale de ParisI Sorbonne et conseiller auprès du CSA. Pour communiquer vers le grand public et conseiller les hommes politiques, il y a des règles. Sauriez-vous bâtir une stratégie de communication pour une campagne électorale? » Depuis une dizaine d'années, la communication politique et publique s'est professionnalisée et les candidats à ces fonctions ont tout intérêt à s'y préparer. Le DESS de Jean-Marie Cotteret est apparu en1980, et des formations spécialisées ont vu le jour ces dernières années. L'Étudiant en a répertorié trois : deux DESS et un DEA. Il existe aussi des écoles privées. La plus récente, l'Ism@pp (Institut supérieur du management public et politique), créée par Hervé Poulet, co-directeur général de l'Institut de la décentralisation, en 1997, offre une formation accessible avec un bac+4, mais son diplôme n'est pas reconnu par l'État. Son but: former des ingénieurs pour la sphère publique et politique. L'enseignement, comme en DESS, comprend un stage de neuf mois et 300heures de cours du soir, dispensé à Paris ou à Bruxelles. Pour l'instant, 13étudiants sont sortis de l'école. La deuxième promotion s'achèvera le 15juin. Nicolas Videau, 28ans, est aujourd'hui chef de cabinet du maire de Niort, Bernard Bellec. Issu de la première promotion de l'Ism@pp, il a apprécié le stage, qu'il a effectué comme assistant parlementaire du député de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg: «En neuf mois, on a le temps de prendre de bonnes habitudes de travail.» Il reconnaît pourtant que la voie royale pour ces fonctions reste Sciences po.

L'homme n'est pas un produit

C'est ce qu'a fait Michaële Guégan, 37ans, actuelle directrice du cabinet délégué régional EDF en Aquitaine, après avoir été chargée de mission au cabinet de Jacques Valade, alors président du conseil général de la Gironde, puis directrice de cabinet et responsable de la communication de Jean-Claude Dalbos, maire de Pessac (Gironde). «Ma formation de base à Sciences po a été déterminante. Mais mes recruteurs ont toujours apprécié le double cursus, politique et communication, que j'ai suivi au Centre d'études supérieures de la communication d'entreprise à Tolbiac. Pour travailler dans ces secteurs, le profil idéal est une bonne formation de base généraliste, complétée d'un DESS en communication, qui apporte une méthodologie sur les techniques de l'information et des stages pour être en contact avec des professionnels.» «Un tel profil permet de se reconvertir vers le public. Mais on ne vend pas un homme comme un produit», souligne Jean-Marie Cotteret, dont le DESS compte 30à40étudiants par an pour 300à400candidats chaque année. Anne-Charlotte Vassort, 24ans, élève de l'Ism@pp, auparavant formée à la communication politique au DESS de Dauphine, va suivre la démarche inverse. Elle veut se tourner vers le secteur privé, plus dynamique à ses yeux. Son rêve: travailler dans une start-up! (1) J.-M. Cotteret est l'auteur de La Magie du discours paru en mai aux éditions Michalon. (2) Le DESS «Communication politique et sociale», ParisI. Dossiers de candidatures à retirer du 5au22juin, au bureau H602, du lundi au jeudi. (3) Ism@pp, 0146246161. Dépôt des candidatures pour la promotion qui débute en octobre2000, jusqu'au 25juin.

Envoyer par mail un article

La communication politique, ça s'apprend

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.