Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La formation en pleine explosion

26/01/2001

Après avoir passé plus de vingt ans à la Cegos, Sophie Bolloré vient de créer, avec quatre autres anciens cadres de la société, un nouvel organisme de formation, Docendi. Sa spécificité: proposer un concept standardisé. Même durée (deux jours), même méthode, même déroulé, même pédagogie, même prix, etc,«afin de mieux répondre aux nouvelles attentes des salariés et des entreprises», explique-t-elle. Entretien. Quels facteurs ont modifié, selon vous, le marché de la formation? Sophie Bolloré. La mise en place des 35heures a complètement bouleversé l'organisation du travail dans les entreprises. Certaines en ont profité pour négocier deux jours de RTT consacrés à la formation, car elles commencent à se rendre compte qu'il leur faut développer l'employabilité de leurs salariés. La réforme de la validation des acquis professionnels, en discussion à l'Assemblée nationale, devrait encore accroître, avec l'instauration d'un droit individuel de formation, un marché en pleine explosion. Les besoins en formation n'ont-ils pas également évolué? S.B. Les organisations dans les entreprises sont de plus en plus transversales. Les équipes travaillent par projet et les salariés savent qu'il leur faut élargir leurs champs de compétence, en management, en gestion ou en commercial par exemple, pour s'adapter à d'autres postes. À l'heure où les ruptures sont fréquentes dans la vie professionnelle, chacun doit prendre en charge sa carrière. La formation joue, à ce titre, un rôle majeur. Depuis quelques mois, les entreprises ont du mal à recruter. La formation peut-elle être une arme de séduction? S.B. C'est un formidable outil de fidélisation. Non seulement la formation est gratifiante, mais elle aide les gens à s'adapter aux changements. Au final, les entreprises seront gagnantes. Internet va-t-il faire évoluer votre métier? S.B. En donnant à chacun accès à l'information, Internet bouleverse totalement l'approche de la formation. Les salariés vont être très demandeurs, ce qui va faire perdre du pouvoir aux DRH. Il permet aussi de réduire les coûts de commercialisation des produits et offre de vraies opportunités d'enrichissement des contenus. À Docendi, nous utilisons le Web comme outil de préparation aux stages et d'accompagnement après la formation. Croyez-vous en l'e-learning? S.B. Cela marche aux États-Unis, on ne peut donc pas ne pas y croire. Mais leurs méthodes sont différentes. En France, nous n'en sommes pas là, car il manque encore des contenus interactifs attractifs. Malgré tout, comme l'outil permet de se former quand et où on veut, je suis persuadée que l'e-learning va bouleverser le marché de la formation. Mais pas avant 2002. On recense quelque 46000 organismes de formation en France. Comment allez-vous imposer Docendi? S.B. Le marché représente en France 140milliards de francs par an, dont 40milliards pour les seuls stages. Sur les 8millions de salariés concernés, mon ambition, d'ici à 2003, est de former 10000 personnes par an, pour un chiffre d'affaires annuel de 50MF. Cela me semble tout à fait possible.

Envoyer par mail un article

La formation en pleine explosion

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.