Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le management de transition débarque

10/04/1998

L' idée est hollandaise et date de la fin des années70. Le cabinet conseil en organisation et stratégie Boer&Croon Group a pensé étendre l'intérim, alors concentré sur les postes à faibles responsabilités, aux fonctions dirigeantes des entreprises. Ainsi est né le management de transition. Il consiste à confier une mission de courte durée - de trois à dix-huit mois en général - à un cadre de très haut niveau, chargé d'aider une entreprise à négocier un tournant dans son activité: acquisition d'une nouvelle société, diversification, préparation d'une succession, cession, fusion, restructuration ou encore création d'une filiale à l'étranger. Après avoir conquis le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie, la Belgique et les États-Unis, le management de transition commence à se développer en France. Plusieurs cabinets de recrutement s'installent sur ce créneau. En attendant la structure appropriée du cabinet Robert Half, le groupe Boyden vient de créer un département en France, baptisé Boyden Interim Executive (BIE), confié à Gérard Fournier, qui devrait profiter de l'expérience acquise dans les pays voisins.«Nous estimons le marché français à environ 2000missions par an,précise Gérard Fournier,et prévoyons de remplir vingt-cinq missions en 1999 pour un chiffre d'affaires évalué à près de 5millions de francs.»Seule Executive Interim Management (EIM), émanation du cabinet de recrutement Egon Zehnder, affiche une antériorité sur ce domaine. Jean-Jacques Bérard, un de ses directeurs associés, annonce plus d'une centaine de missions de ce type depuis sa création en 1991, soit entre vingt et trente par an. L'ensemble du marché anglais compte, lui, en moyenne 4200cadres dirigeants intérimaires en activité constante pour 2700 en Allemagne.

Un vivier d'intérimaires dirigeants

Le concept est le même pour les sociétés. Les structures emploient, sous le statut d'intérimaires, un vivier de cadres dirigeants - une centaine pour EIM, une cinquantaine pour BIE - capables de prendre, sous un délai inférieur à un mois, des fonctions de direction (direction générale ou tout poste représenté en comité de direction), qu'ils délaisseront au terme de leur contrat. L'entreprise demandeuse paiera forfaitairement la structure - entre 7000 et 15000F la journée chez EIM, entre 8000 et 12000F chez BIE - qui assure aussi un suivi de la mission.«Le cadre doit être l'homme de la situation pour l'entreprise. Nous nous engageons sur les résultats»,confie Gérard Fournier. Si l'industrie concentre les deux tiers des demandes, les services sont en développement rapide. Et ce sont surtout les moyennes et grandes entreprises qui font appel à cette aide, principalement dans le secteur privé, même si des entreprises publiques ont choisi de préparer ainsi leur privatisation. La distribution française est aussi fortement demandeuse, notamment pour son implantation internationale. Un média, après avoir racheté une société qu'il veut complètement recréer, vient même de solliciter EIM pour lui fournir un directeur financier et un directeur des ressources humaines intérimaires chargés de mettre en place la nouvelle structure et d'embaucher la future équipe.

Envoyer par mail un article

Le management de transition débarque

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.