Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Cyber-perspectives dans la vieille économie

09/02/2001

L'annonce quotidienne de faillites et de plans sociaux touchant les marques les plus établies de la Net économie n'incite pas à l'optimisme. La situation, pourtant, est plus mesurée si l'on en croît les résultats d'une étude de la Sofres pour le portail de recrutement Stepstone: si les entreprises de la nouvelle économie interrogées (1) prévoient de recruter à un rythme moins soutenu d'ici à juillet qu'au cours du deuxième semestre 2000 et si le nombre de sites déclarant ne pas vouloir embaucher atteint 18% de l'échantillon, la tendance n'en reste pas moins à l'embauche.«En moyenne, chaque société envisage treize recrutements dans les six mois, contre dix-sept en juin dernier»,révèle Éric Chauvet, directeur de clientèle au département Corporate&management de Taylor Nelson Sofres.

Un vrai renversement de tendance

Au-delà des chiffres, le changement intervenu ces derniers mois concerne les fonctions dans l'entreprise. Contrairement à l'an dernier, les créations de postes sont moins envisagées pour des postes marketing, communication et partenariat, au profit des fonctions commerciales. Plus question de dépenser des fortunes dans les médias pour séduire les investisseurs financiers: il faut vendre pour réaliser un vrai chiffre d'affaires.«Il n'y a pas de nouvelle ni d'ancienne économie,souligne Christophe Lechère, directeur du marketing et du développement de Stepstone France.Il n'existe qu'une seule économie, qui répond à des impératifs financiers.»Cette affirmation prend tout son sens avec la montée en puissance des sociétés «click&mortar» au détriment des start-up. Désormais, ce sont ces entreprises traditionnelles qui tirent l'emploi dans la Net économie: après avoir largement dépassé leurs prévisions d'embauches sur les six derniers mois, elles revoient même leurs ambitions à la hausse. Ooshop (Carrefour) et c-mescourses (Casino) ont ainsi recruté respectivement 90 et 80personnes depuis l'été dernier. De leur côté, Noos (Suez-Lyonnaise des eaux), France Télécom et Michelin (pour ses activités de voyage) envisagent d'embaucher une centaine de personnes pour leurs activités Internet. Des médias commeLes Échos,TF1,Libération,Skyrock etLe Parisienont également des projets du même type, il est vrai dans des proportions moindres. Les «pure players», elles, ont opéré le cheminement inverse, mais maintiennent leurs prévisions à une moyenne de quatorze embauches d'ici à l'été: six d'entre elles (Maporama, Club-Internet, Fortuneo, Grey interactive, Lycos et Monster) annoncent rechercher plus de 40salariés. Dans plus de la moitié des cas, il s'agit de cadres, plutôt jeunes (60% de - 30 ans) et d'un bon niveau de formation (68% de bac+2 et plus). Avez-vous le profil?(1) Dans cette étude, la Sofres a d'abord sélectionné les 700sites français les plus fréquentés (source NetValue), puis a conservé les 382entreprises de plus de cinq salariés. Au final, 168sites ont été interrogés entre le 13novembre et le 22décembre dernier.

Envoyer par mail un article

Cyber-perspectives dans la vieille économie

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.