Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Cooptation, mode d'emploi

30/11/2001

La cooptation ne date pas d'aujourd'hui. De tout temps, des salariés ont suggéré à leur direction de recruter des connaissances, amis ou parents. Ces dernières années, avec la difficulté pour embaucher et fidéliser, les entreprises ont néanmoins sophistiqué ces dispositifs. Le groupe Net2S, spécialiste du conseil et de l'ingénierie des technologies de l'information et de la communication, vient ainsi de lancer une opération de cooptation, baptisée Programme de participation au recrutement.« Nous avons créé un véritable support de communication dédié à la cooptation,précise émilie Daelman, chargée de la communication recrutement de Net2S.Il s'agit d'une bande dessinée qui explique de façon ludique ce qu'est la cooptation. »

Distribuée à tout le personnel, cette bande dessinée indique les profils recherchés par Net2S, les règles du jeu et les gains potentiels. Pour un simple « sourcing » - le collaborateur donne à la DRH un contact qualifié -, il est possible de gagner, si le recrutement se fait, 200 euros (1 312 francs). Pour un « first meeting » - le salarié invite ses relations à une rencontre informelle avec les directeurs techniques -, le gain atteint 400 euros (2 624 francs). En cas de cooptation - le parrain fait parvenir un CV à la DRH et s'engage à suivre le recrutement et l'intégration de son filleul -, la récompense s'élève à 600 euros (3 936 francs) ou 800 euros (5 248 francs) selon l'expérience du nouveau recruté. Des sommes converties ensuite en chèques cadeaux.

Recrutement à bon compte

Au-delà de l'intérêt financier, la cooptation permet à une entreprise de recruter à bon compte des collaborateurs généralement de très bon niveau. Pour Net2S, le lancement de la BD a coûté 12 000 euros (environ 80 000 francs).« Il est possible d'élaborer des projets de belle envergure pour un budget moyen de 30 000 euros[200 000 francs], hors gains des salariés », estime Antoine Jeandet, PDG de l'agence de communication pour l'emploi Bernard Hodes Group, qui en a réalisé cinq cette année avec son produit e-cooptation. Ce qui est assez modeste pour une campagne de recrutement doublée d'une opération de communication interne.

En revanche, pour que cela marche, il y a des règles : le climat social ne doit pas être tendu, il ne faut pas confondre cooptation et piston, et les règles du jeu doivent être claires.« Une charte de cooptation, définissant les postes à pourvoir et les qualités attendues des candidats, permet d'éviter certaines désillusions », assure Antoine Jeandet, qui suggère ensuite de« mettre en scène l'opération »avec un nom, une identité visuelle, un stand à l'accueil, de l'affichage de bureau ou une présence sur un intranet. Surtout, un tel projet doit être limité dans le temps et ne doit pas remplacer complètement les autres modes de recrutement.« On espère réaliser un quart de nos embauches par cooptation », estime Émilie Daelman.

Envoyer par mail un article

Cooptation, mode d'emploi

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.