Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Egg vient remplir son panier en France

20/09/2002

D'ordinaire, une entreprise qui en rachète une autre a tendance à licencier. Pour économiser, elle supprime les « doublons ». Chez Egg, rien de tout cela. La banque en ligne britannique, qui a repris son homologue française Zebank en début d'année, vient d'annoncer son intention de créer un millier d'emplois en France d'ici à fin 2004. Pour passer de 100 000 à 1 million de clients dans l'Hexagone, la filiale de l'assureur Prudential veut investir 160 millions d'euros sur trois ans. Mais réunir les équipes de deux entreprises n'est pas chose facile. Egg et Zebank disposent, certes, de cultures proches, orientées vers les consommateurs internautes privés.« Nous sommes des banquiers sans cravate. Nous avons le même mode de fonctionnement interne, plutôt détendu »,souligne Olivier de Montety, ex-patron de Zebank, aujourd'hui président du directoire de Egg France. Pour lui, le rapprochement avec une structure britannique n'est pas problématique.« Zebank envisageait au départ de se développer à l'étranger,rappelle-t-il. Elle a accueilli des salariés de tous horizons et recensé une vingtaine de nationalités. »

Forte politique de formation

L'arrivée en masse de nouvelles recrues pourrait se révéler moins simple.« À Noël, nos équipes devraient se composer à 40 % d'ex-salariés de Zebank, à 40 % de nouveaux venus et à 10 ou 20 % de transfuges d'Egg UK »,prévoit Olivier de Montety. Une centaine de personnes se chargeront, à Paris, des relations avec la Banque de France, de la communication ou du marketing direct. Le gros des effectifs sera basé à Tours, où le nombre de salariés, actuellement de 300, doit doubler, voire tripler, d'ici au printemps prochain.« Le bâtiment que nous occupons sera bientôt plein,reconnaît Olivier de Montety.Un second édifice est en préparation pour accueillir nos futurs employés. »Recrutés en ligne ou par courrier, ces derniers iront grossir les rangs des équipes informatiques, comptables ou juridiques. Un cabinet de chasseurs de têtes est à pied d'oeuvre pour les postes de direction.« Tous devront acquérir des réflexes communs »,souligne Jason Drew, responsable du programme interne Energizing People, notamment destiné à communiquer aux employés les changements de la société.

Egg France, dont les salariés sont plus jeunes (30 ans en moyenne) que dans la banque traditionnelle (plus de 40 ans), mène une politique soutenue de formation.« Les nouveaux venus se voient expliquer, en six à huit semaines, les valeurs de l'entreprise, en même temps que leur future fonction »,indique Jason Drew. Pour les attirer, Egg France propose des salaires« proches des autres banques pour la partie fixe »,selon Olivier de Montety, mais dotés d'une partie variable supérieure,« en leur permettant de participer au capital et aux résultats ».Encore une illusion de la Net économie ? Pas sûr. Egg fait partie des rares réussites parmi les sociétés du Web. En Grande-Bretagne, elle est aujourd'hui rentable.

Envoyer par mail un article

Egg vient remplir son panier en France

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W