Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Comment DDB bichonne ses salariés

22/11/2002

Comme l'a dit Bill Bernbach, " la magie réside dans le produit ". Certes. Mais n'oublions pas que la magie réside aussi dans les gens. »Cette profession de foi de Ken Kaess, directeur général de DDB Worldwide, figure en bonne place sur le site du réseau publicitaire (ddb.com). Démagogie ? Certainement, mais dans des métiers comme la publicité, la « ressource humaine » est l'actif premier. En outre, DDB doit combler son retard en la matière. Le groupe vient tout juste de nommer un « Chief People Officer », en la personne de James Best, un Américain déjà responsable de la stratégie globale.

Mobilité et formation

En France, DDB est le dernier groupe publicitaire de taille significative à avoir recruté un DRH. Ancienne de chez Coca-Cola France, Valérie Wack occupe le poste depuis février 2001. Quand elle a pris ses fonctions, la « ressource humaine » était en friche. Depuis, elle cultive un jardin de 1 900salariés au profil caractéristique des métiers de la publicité : 61 % sont des femmes, 62 % des cadres, la moyenne d'âge est de 34ans, l'ancienneté moyenne de 4,5ans.

DDB France affiche un taux de turn-over de ses salariés plus faible que celui de ses concurrents : 20 % en 2002 contre 30 % en moyenne.« Ce taux est stable par rapport à 2001, et il baisse par rapport à 2000, en raison d'une conjoncture économique difficile,analyse Valérie Wack.Mais 20 %, c'est encore trop élevé. Si nous parvenons à 10 % dans deux ans, je serai satisfaite. Ces derniers mois, nous avons mis l'accent sur la fidélisation des salariés. »

DDB travaille dans deux directions principales : la mobilité et la formation.« Aujourd'hui, et c'est nouveau, on peut se construire un parcours professionnel au sein des différentes sociétés du groupe »,poursuit Valérie Wack. Une bourse aux emplois, DDB Job, a été mise en place sur l'intranet du groupe début 2002. Elle est mise à jour mensuellement. Ces efforts portent leurs fruits : au cours des dix-huit derniers mois, une vingtaine de salariés ont bougé entre les 25sociétés DDB en France.« Cela peut paraître dérisoire, sur un total de près de 2 000 personnes, mais on part de zéro »,souligne-t-elle.

En matière de formation, les salariés sont invités à se rendre sur les bancs de la DDB Université, alias DDB U (prononcez « you »). Créée il y a deux ans, elle est pilotée depuis New York et les sessions se déroulent dans des pays à chaque fois différents. Au menu : planning stratégique, new business, création, efficacité publicitaire, etc. Et un « Dialogue with Keith » qui permet de converser avec le président de DDB Worldwide, Keith Reinhardt lui-même... Pour Valérie Wack,« à la différence des programmes classiques, la DDB U est ouverte à tous les salariés et pas seulement aux cadres dirigeants ».Depuis la création de ces formations, environ cent cinquante salariés français en ont bénéficié. Quant au « Dialogue avec Keith », cet honneur n'a été réservé qu'à une poignée de personnes, dont Pierre Le Gouvello, l'un des directeurs généraux de DDB France.

Signe supplémentaire d'une prise de conscience qu'une entreprise ne se limite pas à ses performances boursières et au nombre de ses récompenses, les dirigeants de DDB Worldwide ont décidé de lancer un baromètre de satisfaction des employés du groupe. Des consultants extérieurs sont en cours de sélection.

Envoyer par mail un article

Comment DDB bichonne ses salariés

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies