Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

L'Oréal fait jouer et gagne

07/02/2003

I maginez que vous dirigez l'une des filiales du leader mondial des cosmétiques, dans un environnement concurrentiel très âpre. Vous devez développer l'activité, en prenant en compte les données financières, le marketing, la publicité et les paramètres commerciaux, comme la politique de prix, les questions de production et la stratégie en matière de recherche et de développement. Et vous êtes jugé sur un ensemble de critères liés à la rentabilité, dont le prix de l'action. Tel est le principe général de l'«e-strat challenge», un jeu de stratégie mis au point par L'Oréal« pour détecter les meilleurs potentiels dans les universités du monde entier »,explique Jean-Claude Le Grand, directeur du recrutement du groupe.

Sélection rigoureuse

Pas moins de 16 800 étudiants, représentant 50 pays et 80 nationalités, se sont inscrits pour participer à cette troisième édition. Un chiffre plus de deux fois supérieur à celui de l'an dernier.« Mais nous n'avons pas pour autant accru le nombre de participants, qui reste limité à 800 équipes de trois personnes »,souligne Celica Thellier d'Auzers, directrice de l'e-strat challenge. Conséquence, la sélection, plus rigoureuse, a permis d'élever le niveau.« Les étudiants de l'édition 2003 ont un profil de plus en plus international et sont plus ambitieux que jamais,se réjouit François Vachey, vice-président en charge des relations humaines du groupe L'Oréal.C'est une opportunité fantastique pour déceler nos futurs directeurs généraux de business units ou futurs directeurs internationaux de marques. »

Les étudiants, bien sûr, sont très sensibles à de tels raisonnements, même s'il faut bien rappeler que la notoriété de L'Oréal est loin d'atteindre à l'étranger les niveaux qu'elle enregistre en France, en Espagne, en Italie, en Allemagne ou en Grande-Bretagne.« En dehors de l'Europe, nous avons un sérieux déficit d'image,reconnaît Jean-Claude Le Grand, surtout dans les business schools, moins dans les grandes écoles purement marketing. »À ce titre, l'élection cette année parBusiness Weekde Lindsay Owen-Jones, le PDG du groupe, comme « star of Europe », ou l'apparition de L'Oréal dans le classementFortunedes dix premières entreprises européennes où il fait bon travailler en a surpris plus d'un aux États-Unis et en Asie.

Au-delà de la simple possibilité de trouver un stage, voire un emploi (L'Oréal recrute chaque année quelque 1 500 cadres), l'e-strat challenge intéresse aussi les étudiants pour son contenu, car il permet, ce qui est rare, de se mettre concrètement dans la peau d'un chef d'entreprise et de se rendre compte aussitôt des conséquences de ses décisions.« J'ai davantage appris en trois jours de jeu qu'en un trimestre à l'école,assène Marc-Alexandre Risch, étudiant en deuxième année d'HEC et membre de l'équipe Tacticus, 133e (sur 800) à l'issue des deux premières des cinq étapes.L'e-strat challenge constitue un complément parfait pour nos cours, qui sont généralement assez théoriques. Là, contrairement à une étude de cas classique, on doit maîtriser la totalité des décisions. »Les gagnants de chaque zone géographique seront même invités à soumettre et défendre, le 22 avril prochain à Paris, un projet d'entreprise stratégique. Un bon galop d'essai avant d'entrer dans la vie active.

Envoyer par mail un article

L'Oréal fait jouer et gagne

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.