Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les salaires en agences sous surveillance

04/04/2003

Dans le contexte actuel, les agences ne font pas de folie en matière de rémunération. Selon l'enquête annuelle de l'Association des agences conseils en communication (AACC), les salaires de la publicité ont enregistré, en 2002, une très légère hausse de 1,5 %, à 32 952 euros bruts annuels (1). Cette performance, en phase avec l'évolution de la conjoncture économique ou de l'inflation, est un peu meilleure que l'année précédente (-0,3 %).« Mais il ne faut pas pour autant en conclure que la situation s'est améliorée,tient à préciser Philippe Legendre, directeur de l'AACC.Je préfère parler de stabilité ou de croissance maîtrisée. »

Variable d'ajustement

Pour les agences, la gestion très serrée de leur politique de rémunération est d'autant plus une nécessité que le coût salarial représente 55 à 60 % de leur marge brute. Si l'on ajoute à cela une conjoncture morose, une pression des actionnaires pour maintenir les résultats et le poids des annonceurs, de plus en plus exigeants tant en termes de prestations que de rémunérations, on comprend que le pilotage du poste charges de personnel devient stratégique.« Sur ce point, nous travaillons en étroite collaboration avec la direction financière de l'entreprise »,confirme Geneviève Bernard, directrice des ressources humaines d'Havas. Tous les départs - et ils restent nombreux, puisque le turn-over était encore de 25 % à 30 % l'an dernier dans la profession - ont fait et font encore l'objet d'une analyse attentive pour savoir s'il est nécessaire de les remplacer.« C'est notre variable d'ajustement,reconnaît crûment Benoît Roger-Vasselin, directeur des ressources humaines du groupe Publicis et président de la commission sociale de l'AACC.Il ne faut pas se voiler la face, c'est en l'utilisant de façon très fine que nous avons pu limiter les licenciements économiques l'an dernier. »Au final, l'AACC estime que les effectifs ont dû diminuer de 2 % en 2002.

La stabilité des salaires s'explique également par l'absence de prise en compte, dans l'étude, des éléments de rémunération variables, qu'ils soient individuels (en fonction des performances du salarié) ou collectifs (liés aux résultats de l'agence). Or ils peuvent représenter dans le premier cas 10 à 50 % du salaire et, dans le second cas, un à deux mois de salaire supplémentaires.« Le manque de visibilité nous rend très prudents,témoigne Geneviève Bernard.Il est hors de question, aujourd'hui, d'augmenter la partie fixe de la rémunération, on préfère attendre la fin de l'année pour voir s'il est possible d'effectuer un rattrapage par une prime. »La DRH du groupe Havas rappelle d'ailleurs qu'elle n'a pas senti, dans ses dernières négociations avec les organisations syndicales, de pression significative sur les salaires... en dehors d'un léger rattrapage sur la hausse des prix liée à la création de l'euro. Les attentes des salariés, constatées notamment lors des entretiens d'embauche, portent davantage sur l'intérêt du travail ou l'environnement du poste.

Pour 2003, la situation ne devrait pas changer fondamentalement. Il y a quelques semaines, les prévisionnistes de France Pub (Comareg) ou d'Ad Barometer (le Bipe, Interdeco et l'agence médias OMD) tablaient sur une croissance des dépenses publicitaires des annonceurs comprise entre 1 % et 1,6 % en France. Un chiffre insuffisant pour imaginer une reprise forte de l'activité des agences, même si« la publicité est un marché très sensible aux à-coups »,souligne Philippe Legendre. Au mieux les salariés peuvent espérer profiter d'une prime surprise en fin d'année... si la reprise est au rendez-vous au deuxième semestre.

(1) Dans le détail, le salaire moyen annuel brut des employés (10 % des effectifs) était de 19 512 euros, celui des techniciens (30 % des effectifs) de 23 329 euros et celui des cadres (60 % des effectifs) de 38 884 euros.

Envoyer par mail un article

Les salaires en agences sous surveillance

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.