Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Marketing-vente : salaires toujours en hausse

18/09/2003

Dans les entreprises, les fonctions marketing sont particulièrement protégées, si l'on en croit l'enquête annuelle sur la rémunération des professionnels du marketing, des ventes et de la communication, dont les résultats viennent d'être présentés par la société de conseil en recrutement Maesina International Search (1). La moyenne des augmentations obtenues par les cadres marketing s'élève en effet à 5 % en 2003, à un niveau sensiblement identique à l'an dernier (+4,9 %).« C'est une demi-surprise,analyse Jean-Michel Azzi, PDG de Maesina International Search,car nous avions déjà enregistré cette tendance en 2002. »Seule différence, la hausse concerne avant tout les cadres seniors, qui ont entre trois et dix ans d'expérience, moins les juniors et les cadres dirigeants : les chefs de produit seniors et les chefs de groupe ont ainsi vu leur rémunération progresser respectivement de 5,6 % et 4,5 %, alors que les directeurs marketing-vente et directeurs marketing ont dû se contenter de 3 % et 3,4 % (lire le tableau).« Cette tendance traduit une nette volonté des entreprises de conserver leurs cadres confirmés »,assure Jean-Michel Azzi. Traduction : dans un contexte économique morose, il vaut mieux lâcher un peu de lest pour fidéliser ses meilleurs salariés, qui continuent à être sollicités en permanence selon tous les professionnels du recrutement, plutôt que d'avoir à recruter et former de nouveaux salariés.

Jeunes diplômés : des salaires en dessous du marché

La différence observée entre les dirigeants marketing et leurs équipes s'expliquerait, elle, par le poids, plus important chez les premiers, de la partie variable dans le total de leur rémunération. Élément significatif : pour la deuxième année consécutive, les premiers ont enregistré une augmentation du fixe (3,5 %) supérieure à celle de leur salaire total (3 %). Un effet qui s'explique essentiellement par le fait que 22 % d'entre eux ont vu leur salaire total baisser (contre 34 % en 2002).« Il s'agit de ceux qui n'ont pas atteint leurs objectifs et ont subi un recul, voire une disparition de leur variable »,analysent les auteurs de l'étude. Il est vrai que celui-ci oscille pour ces postes, selon les cas, de 13 % à 30 %... En bas des échelons, en revanche, le phénomène est exactement l'inverse : un chargé d'études marketing, dont l'essentiel du salaire repose sur du fixe, a obtenu 5,6 % d'augmentation. Une évolution qui s'explique par une demande toujours soutenue, bien que légèrement moins forte que les deux années précédentes, pour les professionnels des études, mais aussi par un phénomène de rattrapage : depuis deux ans, les salaires accordés aux jeunes diplômés se situent nettement en dessous du marché, quel que soit le secteur d'activité.« Nous attendons que les juniors fassent leurs preuves,reconnaît le directeur des ressources humaines d'une grande régie médias parisienne.Ensuite, nous encourageons les meilleurs en revalorisant leur rémunération et en les faisant progresser hiérarchiquement. »

Comparées aux fonctions marketing, les équipes commerciales paraissent un peu moins bien loties : aucune fonction ne dépasse les 2,4 % (pour les directeurs régionaux des ventes) d'augmentation.« Les hausses les plus fortes favorisent cette année plutôt l'encadrement de terrain, qui dirige en principe de petites équipes,constate Jean-Michel Azzi.Comme leurs homologues du marketing, les cadres dirigeants, chez qui la part du variable est élevée, ont certainement eu du mal à atteindre leurs objectifs. »Mais cela n'empêche pas les entreprises de continuer à accroître le nombre de bénéficiaires d'une part variable. Selon l'étude, plus de 65 % des dirigeants et managers marketing sont concernés : plus précisément 80 % des directeurs marketing et 43 % des jeunes cadres. Le constat est le même pour les fonctions commerciales et la communication : 70 % des directeurs de la communication bénéficient d'une rémunération variable qui les a pénalisés cette année : quand leur fixe a progressé de 4,1 %, leur salaire total n'a gagné que 1,9 %. Les responsables de relations publiques, en revanche, en ont bien profité, avec une progression de leur part fixe (+2,6%) inférieure à celle de leur rémunération totale (4,6 %).

(1) Cette étude de Maesina International Search a été réalisée au printemps par Hewitt Associates auprès de 139entreprises travaillant dans sept grands secteurs d'activité, ce qui représente quelque 4 764dirigeants, managers et professionnels du marketing, des ventes et de la communication. Au total, 28fonctions ont été passées au crible, en tenant compte de tous les éléments de la rémunération : fixe, variable, participation, intéressement, voiture de fonction, etc. Le montant des salaires présentés correspond au brut annuel 2003 pour le salaire fixe, auquel s'ajoutent les éléments variables effectivement touchés au titre de l'année 2002.

Envoyer par mail un article

Marketing-vente : salaires toujours en hausse

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.