Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Radio France reconsidère sa politique salariale

19/02/2004

Après dix-huit jours de grève, les 610 journalistes titulaires de Radio France - et 90 CDD - ont une certitude : leur rémunération sera désormais déterminée grâce à un « bidule ». C'est sous ce vocable que les syndicats de la Maison Ronde ont accueilli le futur« outil collectif d'amélioration des salaires »annoncé par le PDG, Jean-Marie Cavada. Il permettra à la direction de Radio France de négocier directement avec les syndicats une revalorisation des rémunérations en fonction de l'évolution du pouvoir d'achat. Sa mise en place risque d'être lourde de conséquences.« Cela va créer de nouvelles disparités, car chaque entreprise pourra faire ce qu'elle veut,souligne Jacques Ricau, secrétaire général de la CFDT-radio-TV.Nous allons vers un éclatement de la convention de l'audiovisuel public. »

Explications : jusqu'à présent, les salaires à Radio France n'étaient fixés qu'à travers un système de points en vigueur dans l'audiovisuel public. Établi par la tutelle à 1,4768 euro, c'est cet indice qui n'a pas bougé depuis sept ans et qui apparaît beaucoup plus favorable à France Télévisions. Ainsi, selon le Syndicat national des journalistes (SNJ), un grand reporter à France3, à l'indice le plus élevé, ressort à 3 587 euros contre 3 308 euros pour son équivalent à Radio France. Compte tenu de pratiques salariales différentes dans la télévision publique, cette rémunération indiciaire est complétée pour aboutir, toujours selon le SNJ, à un salaire réel moyen de 4 323 euros (soit 30 % de différence) pour le grand reporter à France 3. Rien de tel jusqu'à présent à Radio France. Les salaires y sont invariablement arrimés au point indiciaire de l'audiovisuel public, même s'ils évoluent en raison des primes d'ancienneté ou de la requalification des journalistes. Ce qui permet à Jean-Marie Cavada de déclarer :« Nous avons opéré chaque année des relèvements de salaires de 4 à 5 %. Ceux qui n'ont pas suivi ce train sont inférieurs à 10 %. »

Selon le projet d'accord, une augmentation générale de 3 % est désormais prévue à partir de 2005 et une prime de 400 euros bruts arrivera dès mars pour adoucir une retenue maximale de quatorze jours de grève sur la paye des grévistes. Problème : il a fallu pour cela promettre de dégager 1,5 million d'euros sur le budget 2005. Tout ira bien si la tutelle décide de renflouer Radio France. Sinon, l'entreprise risque de plonger dans le rouge ou de sacrifier sa modernisation.

Le privé mieux payé

Les journalistes de Radio France devront alors se consoler en songeant qu'ils ont dans l'année treize à quatorze jours de récupération de jours fériés et vingt jours de RTT. Le ministre Jean-Jacques Aillagon s'est en revanche pris les pieds dans le tapis quand il invitait les grévistes à comparer leurs salaires à ceux des autres radios plutôt qu'à ceux de la télévision.« Les salaires sont de 20 à 30 % meilleurs chez nous »,estime Dominique Pennequin, délégué SNJ de RTL. Tout journaliste stagiaire (moins de deux ans d'ancienneté) commence à 2 287 euros bruts, avec l'équivalent d'un quatorzième mois en intéressement et participation, quatorze jours de RTT, huit semaines de congés et 3 % d'augmentation générale par an. À Europe 1, où il y a les mêmes congés, un intéressement et treize jours de RTT, un grand reporter au dernier échelon touche 4 650 euros bruts (3 900 avec trois ans d'ancienneté). Comme l'affirme Jean-Marie Cavada, rien d'étonnant alors à ce que« quand les gens sont bons chez nous, les radios privées viennent les débaucher ».

Envoyer par mail un article

Radio France reconsidère sa politique salariale

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.