Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

presse

DRH au Monde, un job sensible

10/06/2004

Le quotidien crée un poste de DRH. Son titulaire doit mener à bien un plan social régional à l'imprimerie et une nouvelle politique salariale au quotidien.

Frédéric Ranchet a pris, le 1er juin, la direction des ressources humaines de la société éditrice duMondeet de son imprimerie. Un poste à gros enjeux pour cet ancien directeur des affaires sociales et techniques du Syndicat de la presse parisienne (SPP) - dontLe Mondeest un membre influent -, mais qui reste très impliqué dans les négociations en cours entre les syndicats et le SPP. Il doit en effet mener à bien le plan social régional actuellement négocié au Monde Imprimerie, société déficitaire de 5 millions d'euros en 2003. La direction, qui table sur 130 départs d'ouvriers pour rendre l'imprimerie viable, négocie au niveau du SPP avec le syndicat du Livre et Nicolas Sarkozy, le ministre de l'Économie et des Finances, dont elle espère une contribution financière. Les syndicats, sur la base d'un rapport d'expertise de Secafi Alpha, demandent de leur côté 80 départs. Les négociations doivent aboutir avant la fin juin.

Des frustrations à tous les niveaux

Ce n'est pas le seul chantier qui attend Frédéric Ranchet. La Société des rédacteurs du quotidien, la SRM, premier actionnaire du Monde, travaille à une réforme de sa commission des salaires.« Il s'agit de voir comment valoriser les augmentations individuelles,explique Marie-Béatrice Baudet, présidente de la SRM.Pour les journalistes, il faut une grille imaginative en termes de salaires, afin que les gens qui n'ont pas forcément envie d'être managers puissent progresser. »

La seule façon d'améliorer sa rémunération au Monde est en effet de prendre du galon. D'où une hiérarchie de 70 personnes et, selon Marie-Béatrice Baudet,« un gros marais où l'on stagne, ce qui engendre des frustrations ». La différence entre le salaire de base (2 739 euros bruts sur douze mois) et les salaires les plus élevés de la rédaction varie de un à deux ou trois.« La direction veut que l'écart s'élargisse,explique Michel Delberghe, délégué CFDT.Elle pense qu'on peut baisser le plancher d'embauche pour donner du mou vers le haut. »En outre, en période de difficultés financières (lire l'encadré), il s'avère difficile de concilier la correction des disparités (hommes/femmes, secrétaires de rédaction/rédacteurs, salaires d'embauche) et la gratification au mérite.« Pour l'instant, c'est un subtil mélange des deux, d'où des frustrations »,ajoute Michel Delberghe. Selon Marie-Béatrice Baudet, les rancoeurs exprimées au moment de la sortie deLa Face cachée du Mondeviennent aussi de ces frustrations.

Envoyer par mail un article

DRH au Monde, un job sensible

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.