Vous êtes ici

organisation

Comment faire sortir les idées de la boîte

01/07/2004

Après l'échec des boîtes à idées, les entreprises lancent des programmes d'innovation participative. Un outil de management à manier avec précaution.

Chez Urgo, à Dijon, l'idée de Caroline Feuvrier a fait mouche :« J'ai proposé à ma responsable de gagner du temps en traitant les réclamations par un programme informatique »,raconte cette assistante de clientèle de trente-trois ans. Une suggestion opportune, venue du terrain. De quoi, en septembre dernier, pousser le leader français des pansements à lancer un chantier d'innovation participative auprès de ses 1 200 salariés. Baptisé « pépite », ce dispositif a d'ores et déjà capté 350 propositions spontanées.« Nous sommes loin de la traditionnelle boîte à idées »,souligne Émeline Maubrou, sa responsable. Stimulateur de créativité mais aussi outil de motivation, l'innovation participative se pose en véritable système de management des idées.

Encore peu répandu dans les médias ou la publicité, le concept a séduit la plupart des grands groupes.« Aujourd'hui, les PME s'y engouffrent. Cela leur permet de maximiser leur capacité créative et de se différencier des concurrents »,observe Antoine Héron, président de l'association Innov'acteurs, qui regroupe depuis deux ans une cinquantaine d'adeptes, de France Télécom à Air liquide en passant par La Poste ou la Société générale. Pionnier, ce responsable du dispositif mis en place chez Renault dès 1989 récolte cinq à six idées par salarié et par an. Bilan : des économies annuelles évaluées à 70 millions d'euros !« L'innovation participative est aussi un formidable outil de fidélisation des salariés »,se félicite-t-il.

Le secret pour stimuler la créativité des employés ? Les motiver à exprimer leurs idées. Selon François-Marie Pons, directeur associé du cabinet-conseil Inergie Management, la démarche débute par une enquête auprès des salariés, pour identifier les domaines où progresser.« L'innovation ne réside pas seulement dans une rupture technologique, mais aussi dans des idées simples qui touchent l'organisation, la communication ou le confort du travail »,relève-t-il, avant de préconiser un maillage serré d'informateurs locaux.

Lever les freins venant de la hiérarchie

Chez Solvay France, dix-huit « innov'acteurs » consacrent 20 % de leur temps de travail à faire remonter les propositions du terrain.« Des opérationnels volontaires, formés à capter les suggestions, les sélectionner et surtout les mettre en oeuvre localement »,détaille Étienne Collignon, coordinateur du programme français lancé en 1997 par le géant belge du plastique. Sans compter trois groupes pluridisciplinaires de dix à quinze personnes formées aux techniques de créativité, qui planchent sur les trouvailles en termes de nouveaux produits ou de services. Le dispositif est chapeauté par un comité de pilotage composé du directeur général de la filiale française et des directeurs d'activités. Dernières innovations en date : la proposition d'un comptable d'intégrer aux sacs poubelle un système répulsif contre les animaux, ou une maison en kit pour abriter les associations humanitaires lors de leurs missions.

Même réseau local chez Accor, la technologie en plus.« Afin de coordonner le programme auprès de nos 158000salariés dans le monde, nous avons opté pour un site Web »,explique Bruno de Montalivet, directeur du pôle innovation lancé en 2001 par la direction générale des ressources humaines. Innov@ccor compte 30 000 inscrits, qui alimentent une base de données de 11 000 idées. L'une d'elle, proposée par deux réceptionnistes, a permis d'augmenter de 20 % la vente de cartes de fidélité à l'hôtel Ibis de Besançon.« Mentionner sur la facture les réductions offertes par la carte : l'effet est garanti »,se félicite Bruno de Montalivet. Une pratique bientôt généralisée à l'ensemble du réseau hôtelier.

Le trajet d'une idée est jonché d'embûches.« Trop peu d'écoute, peur du changement, manque de suivi des projets... Les principaux freins à l'innovation viennent de la hiérarchie »,remarque Isaac Getz, consultant et professeur en management des idées à l'ESCP-EAP. Sans compter la réticence des créatifs en titre.« Les experts en recherche et développement dans l'industrie ou les créatifs dans la publicité y voient souvent la perte de leur légitimité », déplore-t-il. De quoi expliquer pourquoi si peu d'agences adoptent un programme d'innovation participative (lire ci-contre). Autre travers :« Les non-conformistes, capables d'aller à contre-courant des idées établies, sont souvent perçus comme déviants dans des organisations trop rigides »,déplore Isabel Moreira, déléguée générale d'Innovascope, association d'entreprises innovantes créée en janvier dernier.

La solution ?« Offrir aux salariés de vraies opportunités d'expression en impliquant le management de proximité »,préconise Isaac Getz. Un point de vue partagé par Jean-Pierre Lemée, directeur de l'usine de La Compagnie des fromages, à Vire :« Avant de lancer notre programme en septembre dernier, nous avons sensibilisé les chefs d'atelier à leur rôle de stimulation des 230 salariés. »Ne rien imposer, mais plutôt susciter l'adhésion. Une fois le message bien compris, des critères de motivation des troupes seront intégrés dans les entretiens annuels d'évaluation des managers.

Autre impératif :« faire le marketing de l'innovation »,martèle François-Marie Pons d'Inergie Management, qui conseille de lancer des challenges réguliers pour mobiliser les salariés. Affiches, guides pratiques et autres concours d'idées font le reste. Solvay va plus loin : depuis un an, le groupe publie en interne une revue trimestrielle.« Sur quatre pages,In'ovationdresse le portrait des inventeurs et l'histoire de leurs idées. De quoi les valoriser aux yeux de leurs collègues »,commente Étienne Collignon.

Féliciter et récompenser les inventeurs en herbe

La reconnaissance est la clé de voûte de l'édifice créatif. La plupart des entreprises l'admettent et proposent des primes collectives aux inventeurs.« L'idée vient d'un seul salarié, mais la récompense associe la hiérarchie. Des bons d'achat, un voyage en Europe... »,explique Hervé Hollanders. Pour ce directeur du programme lancé en 2001 par EADS Space Transportation,« les inventeurs ne sont pas des chasseurs de prime. Ils ont surtout besoin de sentir la considération de leur direction ».Sur la centaine de salariés qui lui ont soumis une proposition innovante en 2003, tous ont reçu une réponse dans les jours suivants.« Sans un retour quasi immédiat, ils ne proposeraient plus jamais d'idées »,assure Hervé Hollanders. L'inventeur peut même suivre l'évolution de son projet sur un tableau placé dans chaque atelier de production.

Mais le mieux reste d'impliquer les auteurs dans la réalisation de leur suggestion. Ainsi, Philippe Beaussier, trente-sept ans, concepteur formateur en réparation de carrosserie chez Renault, à Boulogne-Billancourt, a participé de A à Z à la conception de son marteau à transfert de masse en composite. Un outil révolutionnaire dont son employeur garde la propriété du brevet. Philippe Beaussier, lui, n'a partagé qu'une récompense de 2000 euros avec son responsable. Déçu, l'inventeur ?« Pas du tout. Voir mon idée dans l'emballage, puis recevoir un prix devant 600collègues par la direction générale, c'est la plus belle des récompenses ! »

En savoir +

>www.innovacteurs.asso.fr. L'association propose un kit d'informations sur le Carrefour de l'innovation 2003 (100E).

>www.innovascope.org, forum des acteurs de l'innovation.

>Vos idées changent tout !, par Isaac Getz et Alan Robinson, Éditions d'Organisation, 21E.

>L'innovation à tous les étages !, de Marjolaine de Ramecourt et François-Marie Pons, Éditions d'Organisation, 25,70E.

>Osez. Allier stratégie et créativité, de Bob Schmetterer, Village mondial, 29E.

Envoyer par mail un article

Comment faire sortir les idées de la boîte

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.