Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

ressources humaines

Les tribus assaillent le monde du travail

30/09/2004

Déroutées par le comportement des jeunes, les entreprises expérimentent le management tribal.

La cohésion des hommes a ses raisons que la raison ne connaît pas. Corinne Vorms, directrice de la communication interne du groupe Bayard, s'en étonne encore :« Cet été, dans des services pourtant séparés, les stagiaires se sont spontanément envoyé des courriels pour déjeuner et faire la fête ensemble. Mais une fois bien intégrées, les nouvelles recrues ont cessé de se voir. »Banale sociabilité d'âge ? Solidarité entre débutants ? Les groupes de connivences entre jeunes déroutent les managers. Formels ou informels, souvent éphémères, ils marchent à la passion, ont le même langage et les mêmes rituels d'appartenance, et surtout refusent en bloc l'autorité hiérarchique. Précurseurs, une poignée de DRH tentent de maîtriser le phénomène. Après le management en réseau, ils expérimentent la gestion des « tribus », afin de répondre aux regroupements parfois anarchiques de salariés en fonction d'affinités extraprofessionnelles : le vin, le rugby, une série TV, etc.

Cartographier le phénomène

L'amitié entre collègues n'est pas une découverte, mais l'irruption des nouvelles technologies et le changement de comportement des jeunes générations font des tribus un enjeu crucial et pourtant souvent ignoré des DRH. Bien connue des spécialistes du marketing, la notion de « tribalisme post-moderne » remonte à la fin des années quatre-vingt.« C'est le retour d'une forme archaïque dans la constitution des liens sociaux, où le sentiment d'appartenance et l'affectif dominent »,explique le sociologue Michel Maffesoli. Le tout autour de rites de bureau, du petit café aux fêtes arrosées entre collègues.

Max Balensi, DRH d'Accenture, en a fait les frais. En octobre 2002, les 239informaticiens de sa branche SSII ont lancé une fronde via un forum Internet.« Ce n'était pas l'expression d'un syndicat, mais celle de notre colère devant les promesses non tenues sur les augmentations annuelles »,se rappelle l'un d'eux. Surprise, la direction a dû revoir sa communication interne.

Grèves sauvages, départs en grappe ou démotivation groupée, les managers sont dépassés par les comportements des jeunes. Pour Didier Pitelet, dirigeant du cabinet de marketing social Guillaume Tell,« ils rejettent les modèles de management directifs et autoritaires, et n'éprouvent aucune loyauté envers les syndicats ». Selon un récent sondage de Chronopost, seuls 20% des salariés de moins de 35ans s'impliquent « beaucoup » ou « essentiellement » dans leur vie professionnelle.« Après avoir vu leur parents être victimes de plans sociaux en série, ces jeunes sont désabusés »,commente François Jarry, directeur chez BPI, cabinet-conseil en ressources humaines. Problème : comment attirer et garder des jeunes rétifs aux codes en vigueur dans l'entreprise, mais que les massifs départs en retraite des papy-boomers obligent plus que jamais à séduire ?

La communication tribale est peut-être la solution. Chez Noos, Hervé Hannebicque, DRH du cablo-opérateur, planche sur une cartographie des tribus de ses salariés trentenaires. D'autres s'y mettent aussi, déclare Éric Bentot, dirigeant de Tagaro, une agence plurimédia :« Les entreprises nous demandent d'identifier leurs communautés informelles pour améliorer leur communication interne. Un même message peut être décliné sur différents supports selon leurs codes respectifs. »Cet été, il a lancéHome,le magazine des salariés de Wanadoo, décliné en trois langues pour les tribus linguistiques de l'opérateur internet de France Télécom. Selon nos informations, L'Oréal plancherait sur la création d'un journal pour les jeunes entrants. Mieux, Ernst&Young a embauché aux ressources humaines, une... ethnologue !

Pour François Potier, DRH de Pinault-Printemps-Redoute,« repérer toutes les amitiés informelles ne relève pas de la sphère professionnelle et serait ingérable dans un groupe de 100 000 personnes ». Ainsi, le groupe favorise les fêtes d'étages mais ne mise vraiment que sur les hauts potentiels. Lancé en 2000, le dispositif Unext (University for the next generation) rassemble chaque année une vingtaine de jeunes dirigeants internationaux, issus de différentes enseignes, autour de séminaires et d'activités ludiques, parfois à l'étranger.« De quoi constituer naturellement une tribu, capable de diffuser nos valeurs dans un groupe très décentralisé »,se félicite François Potier.

Respecter les rites

De son côté, Microsoft s'appuie sur le management en projets pour souder des équipes mixtes.« En outre, la messagerie instantanée a créé des centaines de communautés virtuelles autour de la passion du métier, mais aussi du sport ou de l'oenologie »,constate Gérald Grau, le DRH. Sans compter une forte culture maison, où le tutoiement est de rigueur dans le cadre cosy du site des Ulis, en banlieue parisienne, avec son patio, ses Baby-foot et ses boissons gratuites.« La hiérarchie verticale n'est plus prédominante auprès des jeunes. Leur adhésion s'acquiert par davantage d'écoute de la part des directions »,conseille-t-il. La société lance régulièrement des enquêtes internes sur les conditions de travail. Bilan : à peine 7 % de turn-over et mille CV reçus chaque mois.

Pour Didier Pitelet, de l'agence Guillaume Tell,« la gestion des tribus passe par le respect de leurs rites respectifs et par une vraie liberté d'expression, afin de les fédérer dans une seule communauté, l'entreprise ». Puisque les bons conseils s'adressent aussi à soi-même, il vient de lancer dans son agence deux « comités de vie », composés de cinq collaborateurs volontaires, qui réfléchissent sur la qualité des relations au bureau. Cette vision humaniste de l'entreprise séduira-t-elle les dirigeants, invités à troquer leur tenue de golden boy pour celle de chef de tribus ?

En savoir +

>Le Temps des tribus, Michel Maffesoli, La Table ronde, 8,50E.

>Les Rites dans l'entreprise, Jean-Pierre Jardel et Christian Loridon, Éditions d'Organisation, 23,20E.

Envoyer par mail un article

Les tribus assaillent le monde du travail

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.