Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

35h : Organisation

Chez Schneider, plus de temps libre... et plus de pression

14/10/2004

Le personnel du département marketing et communication du groupe Schneider est satisfait de disposer de « temps pour soi ». Mais certains dénoncent l'augmentation du volume de travail.

Les 35 heures chez Schneider Electric France ?« Rien à signaler »,fait savoir la direction. Le sujet serait-il encore sensible ?« Nous sommes en pleine négociation annuelle avec la direction,décrypte une déléguée FO.Même si l'objet des débats n'est pas l'aménagement du temps de travail, parler de ce sujet reste délicat en ce moment. »Le climat social semble pesant chez le géant de l'appareillage électrique. Après un plan social portant sur 74 postes en décembre dernier, un second concernant 620 postes, dont certains dans les services marketing et communication, est en cours de bouclage. Aussi, pour la direction comme pour les salariés, la retenue est de mise. Et les confidences sur les 35 heures sont souvent livrées sous le sceau de l'anonymat.

Pourtant, les cadres et non-cadres du département marketing-communication sont globalement satisfaits de la réforme. Schneider France a choisi le forfait avec référence annuelle en jours pour les cadres, majoritaires dans ce département. Ils totalisent 207 jours travaillés pour 11 jours de RTT supplémentaires. Pour les autres salariés, la formule varie : de 38,5 heures hebdomadaires pour 18 jours de RTT par an (soit 11 jours auxquels on ajoute les 3 jours de ponts chômés et les 4 jours d'autorisation d'absence non compensables) jusqu'à 36 heures pour 7 jours de RTT. La plupart ont décidé de rester plus longtemps au travail et d'avoir plus de jours.

Un mal pour un bien ?

Au département marketing-communication, si la perspective d'avoir « du temps pour soi » a rallié les suffrages du personnel, des notes discordantes se font entendre.« Les 35 heures n'ont été qu'un paravent destiné à verrouiller la boîte de Pandore des revendications sociales et salariales »,fulmine Jean-Paul Pernin, de la CFDT. Son organisation n'a pas signé l'accord cadre de 1999 sur l'aménagement et la réduction du temps de travail au motif de garanties d'emplois jugées trop faibles.« L'avenir nous a donné raison,commente-t-il.Depuis les accords, la balance de l'emploi est négative. »Le rapport avec les 35 heures ?« L'objectif de la réforme était d'améliorer les conditions de travail,rappelle-t-il.Or, sans personnel supplémentaire et avec des jours de congé en plus, les salariés ont dû augmenter considérablement leur volume de travail. » « Le temps de travail pour réaliser les objectifs s'est compressé »,renchérit un cadre marketing produit.

Philippe Lavie, directeur de la communication interne, préfère parler des 35 heures comme d'un« aiguillon de remise en cause des méthodes de travail »,avec des projets qui ne se traitent plus« en série »mais« en parallèle ».Et sans nier la hausse des cadences, travailler plus vite est pour lui un mal pour un bien :« C'est souvent dans l'urgence que naît la créativité. »De fait, au département marketing-communication de Schneider France, les cadres n'ont pas l'habitude de compter leurs heures et n'hésitent pas, lors des lancements de campagne ou de produits, à s'investir en temps.« Quitte à récupérer des jours ultérieurement »,affirme la direction. Pas si simple :« Avec les nouveaux moyens de communication, téléphone, ordinateur portable, nous sommes toujours reliés à l'entreprise et certains bossent souvent durant leurs jours de repos »,affirme un cadre. De plus, si les cadres ont bien l'initiative des dates de prise des RTT en concertation avec leur hiérarchie, ils n'ont pas toujours le temps de les poser dans l'année...

Envoyer par mail un article

Chez Schneider, plus de temps libre... et plus de pression

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.