Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

réseaux

Petits arrangements entre amis

09/12/2004

Officiels ou officieux, les réseaux sont rois dans la publicité, la communication et les médias. Une étude révèle la liste des cercles et autres clubs les plus influents pour les communicants.

Assis à une table de l'hôtel Mercure d'Angoulême, Hervé Brossard, président de DDB, Bruno Kemoun, codirigeant de KR Media, et Jean-Pierre Audour, de JPA Conseil, dégustent des escargots - des cagouilles, comme on dit en Charente - confits. Le 27 novembre dernier, ces grands communicants n'ont pas hésité à faire le voyage pour le dixième anniversaire des Gastronomades, l'association qui réunit régulièrement une trentaine de publicitaires et journalistes, disciples d'Épicure.« Concurrents dans la vie, on range nos couteaux le temps d'une bonne bouffe. De quoi aussi nouer des amitiés et se rendre des petits services »,explique sans tabou Louis Gillet, président de Manchette Sport et fondateur de ce réseau, qui n'a pas manqué cette escapade charentaise le temps d'un week-end.

D'autres cénacles tiennent le haut du pavé aux yeux des communicants, selon le sondage réalisé par Alain Marty, auteur du guideClubs et Réseaux d'influence,en partenariat avec le cabinet Top Management. Les patrons de Publicis, d'Havas, de Canal+ et de France Télévisions, tous francs-maçons ? Difficile à prouver, d'autant que nombre d'entre eux, dont Maurice Lévy, l'ont souvent formellement démenti. En tout cas, pour les dirigeants d'agences, les directeurs marketing ou de la communication interrogés, la franc-maçonnerie reste le réseau le plus « influent » dans l'Hexagone, suivi par l'Inspection des finances, puis Le Siècle et les associations d'anciens des grandes écoles. Intellos, sportifs, amateurs de bons vins... les points communs ne manquent pas. Le principe ?« Faire bénéficier leurs membres des avantages offerts par les fonctions ou les contacts d'un autre membre »,résume Alain Marty.

La pub entre frères et anciens

Petit milieu oblige, la cooptation est reine dans la publicité et les médias. Quoi de mieux qu'un club pour enrichir son carnet d'adresses, rencontrer ses futurs patrons, fréquenter d'éventuels clients. Ou rebondir après un accident de carrière.« J'ai déjà gagné ou perdu des compétitions à cause de l'effet réseau »,lâche un dirigeant d'agence sous couvert d'anonymat.

Il n'est pas le seul à requérir l'anonymat. La discrétion semble de mise dans les sphères du pouvoir. Surtout quand on évoque l'appartenance à la franc-maçonnerie.« J'ai souvent senti un grattouillis en serrant les mains de mes confrères »,s'amuse Gérard Cicurel, vice-président de TBWA France. Et la journaliste d'investigation Ghislaine Ottenheimer d'ajouter :« Depuis le temps de l'ORTF, c'est un sacré accélérateur de carrière dans les médias. Mais aussi dans les agences de pub, le sponsoring sportif et l'événementiel. »Lever le voile sur la si discrète fraternité lui a coûté cher. Nommés comme « frères » dans son livre, Maurice Lévy et Alain Afflelou l'ont attaquée en justice pour atteinte au respect de la vie privée. Rares sont ceux, comme Patrick Le Lay, patron de TF1, à avouer appartenir à la Grande Loge nationale de France. En face, le Grand Orient serait davantage implanté à France Télévisions et Euro RSCG. Mais leurs dirigeants respectifs, Marc Tessier et Stéphane Fouks, ont toujours nié porter le fameux tablier.

Loin des cercles occultes mais tout aussi influent : le réseau des inspecteurs des finances. De Loïc Armand, directeur des relations extérieures de L'Oréal, à Michel Pébereau, président de BNP Paribas, ce corps d'élite de la nation joue un rôle décisif chez les annonceurs dans l'attribution des budgets. Une entraide inconditionnelle dont aurait profité Jean-Marie Messier, accusé de manipulation de cours.

Si la réputation des inspecteurs des finances est sortie intacte de cette affaire, le Club 40, cercle de dirigeants créé par l'ex-patron de Vivendi Universal, a, lui, perdu de sa superbe. Aujourd'hui, les patrons du CAC 40 lui préfèrent le traditionnel cénacle, Le Siècle, actif depuis 1944. Denis Jeambar (L'Express), Serge July (Libération) ou Patrick Poivre d'Arvor (TF1) en sont membres. Chaque mois, à l'Automobile Club, place de la Concorde, à Paris, ils papotent en toute discrétion avec les grands patrons.« On ne parle jamais affaires à table »,explique Étienne Lacour, secrétaire général du Siècle et directeur de la rédaction de la Société générale de presse, avant de préciser :« Après le repas, chacun est libre de ses discussions. »

Mais les puissants ne mettent pas tous leurs oeufs dans le même panier. Membre du Siècle, Hervé Consigny, patron de l'agence Les Ouvriers du paradis/Red Cell, a aussi fait l'ENA (École nationale d'administration). Un atout maître quand on connaît la solidarité entre anciens d'une grande école. Les mieux représentés dans la publicité ? Les diplômés d'HEC (École des hautes études commerciales), à la tête d'agences comme Euro RSCG, DDB, Ogilvy, BBDO et Saatchi&Saatchi.« Dix ou vingt ans après, on s'appelle encore " camarade ",souligne Xavier Romatet, directeur général de DDB France et responsable du réseau de l'association.Mon oeil est plus attentif pour une candidature émanant de mon école. J'en connais la qualité et j'y suis attaché. »

Même confiance parmi les « ex » d'entreprise. Honorix, l'association des anciens salariés de Xerox, semble la plus réputée, selon l'étude d'Alain Marty. Mais les clubs des anciens de Procter&Gamble ou d'Unilever n'ont rien à lui envier.« Quand un membre subit un licenciement, on fait le maximum. Normal : on partage le même passé, les mêmes valeurs »,explique Catherine Lafforgue, secrétaire du Club des proctériens, qui réunit des pointures comme Dominique Reiniche, PDG de Coca-Cola Europe, ou Jacques Pascal, directeur marketing France à RTL. De manière plus informelle, toutes les entreprises constituent des réseaux de salariés. Vincent Beaufils, le patron de la rédaction de Challenges, a dans son équipe une petite dizaine d'anciens duNouvel Économiste, un titre dont il fut autrefois le rédacteur en chef.

D'autres terrains de rencontre

Moins fraternelles, les associations professionnelles peuvent se révéler aussi très efficaces.« Outre les bons tuyaux, on se sert les coudes. Quand le président de Schneider s'est fait inculper, on a monté dans la demi-heure une communication de crise pour lui venir en aide »,explique Michel Fernet. Le directeur général du Press Club de France reçoit des journalistes et des chefs d'entreprises dans ses salons, près des Champs-Élysées.

D'autres dirigeants préfèrent se rencontrer sur d'autres terrains. L'équipe de football de la publicité, France Pub, dont Alain de Pouzilhac, PDG d'Havas, est capitaine, rassemble la plupart des grands patrons d'agence.« Mouiller le maillot ensemble favorise les amitiés. Quand je suis passé deFrance SoiràL'Équipe,Alain m'a pris quatre cents pages de pub dans l'année ! »,confie Louis Gillet, de Manchette Sport. La fusion entre Eurocom et RSCG, au début des années quatre-vingt-dix, se serait négociée dans une petite pizzeria à Issy-Les-Moulineaux, où ces « footballeurs pubards » ont leurs habitudes.

Mais la réputation d'un réseau reste liée à la difficulté d'y entrer. Si la cotisation annuelle ne coûte que 145 euros pour faire partie du Siècle, un double parrainage est nécessaire. Les nouveaux membres gardent le statut d'« invités » pendant un an. Une fois admis, il faut encore acquérir « l'esprit club ».« Ne nous demandons pas ce que notre association peut faire pour nous, demandons-nous ce que nous pouvons faire pour notre association »,conclut le directeur général de France 3, Rémy Pflimlin, dans le rapport annuel des anciens d'HEC, dont il est le président. Raisonner en contributeur plutôt qu'en utilisateur, voila qui favorise les renvois d'ascenseur !

En savoir +

>Clubs et Réseaux d'influence, Alain Marty, 4e édition à paraître en mars 2005, Le Cherche Midi.

>Les Intouchables, Ghislaine Ottenheimer, Albin Michel.

>Les Frères invisibles, Ghislaine Ottenheimer et Renaud Lecadre, Albin Michel.

Envoyer par mail un article

Petits arrangements entre amis

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.