Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Réseaux

8-Les anciens de l'Efap préfèrent la jouer perso

24/02/2005

L'École française des attachés de presse a formé près de 10 000 étudiants. Mais les anciens ne se distinguent pas par leur forte cohésion.

On les remarque souvent, fumant des cigarettes ou discutant à la sortie du 61, rue Pierre-Charron, dans le viiiearrondissement parisien. C'est là que se trouve la maison mère de l'École française des attachés de presse (Efap). À l'origine uniquement consacrée à la formation d'attachés de presse, l'école s'est depuis ouverte aux métiers de la communication au sens large.« Il y a quarante ans, le métier souffrait de connotations mondaines, très banquets et petits fours, mais s'est énormément professionnalisé depuis »,souligne Bruno Huisman, directeur du groupe Efap. Les étudiants de première année sont dirigés vers les services intégrés de communication et les agences (Efap Média-Entreprise), vers la communication audiovisuelle (Efap Image) ou vers le management (Efap Management). Parmi les « Efapiens » célèbres, on trouve le défunt organisateur du Paris-Dakar, Thierry Sabine, ou notre confrère Christian Blachas, patron deCB News.

On entre à l'Efap par concours. Pas d'ultrasélectivité, comme au Celsa, formation concurrente rattachée à l'université de Paris-Sorbonne, ou dans les écoles de journalisme du type CFJ ou ESJ.« Nous admettons 80 % des candidats. Notre philosophie ne vise pas à sélectionner de manière drastique, mais d'accompagner les étudiants, avec pour objectif que tous ceux qui entrent chez nous en ressortent diplômés »,explique Bruno Huisman. La sélection se fait peut-être aussi par le cordon de la bourse, avec des coûts de scolarité de 5 800 euros par an, ce qui a valu à l'école le sobriquet d'« école des filles à papa »... Mais les promotions se « démocratisent », assure Bruno Huisman : «Nous avons de plus en plus d'étudiants qui financent eux-mêmes leurs études, via des prêts bancaires et des petits boulots. Les parents ayant conscience de la nécessité d'études professionnalisées pour leurs enfants, ils sont prêts à faire un effort financier s'ils sont sûrs que cela débouche sur du travail. À notre charge ensuite de placer le maximum d'étudiants. »

Pas de rassemblement annuel

C'est là qu'entre en jeu le réseau Efap. Les étudiants passent l'essentiel de leur scolarité en entreprise, afin de définir un projet professionnel, le tout coordonné par un bureau des stages décrit à l'unanimité comme extrêmement efficace. Il est animé par de nombreux anciens de l'école, qui se font fort d'accueillir de jeunes Efapiens en leurs murs.« Durant mes études, j'ai pu effectuer des stages dans le milieu du cinéma, de la mode et des annonceurs, avant de me déterminer pour les RP en agence de pub »,témoigne une ancienne.« Nous recevons plus de demandes de stagiaires que nous sommes en mesure d'en fournir ! Parfois, les anciens se plaignent même de ne pas réussir à avoir d'Efapiens en stage... »,raconte Bruno Huisman.

Une fois sorti du giron de l'école, que les anciens décrivent comme familiale voire patriarcale, il semblerait que les liens se distendent. Il n'existe pas vraiment de rassemblement d'anciens, même si les ex-Efapiens peuvent être sollicités pour donner des cours dans leur ancienne école et que des projets de réseau officiel sont en gestation.« J'ai gardé des liens avec des copines de ma promo, mais rien de plus »,constate Jérôme Hermez, responsable de la coordination interne à e-TF1.« Ce n'est pas comme dans une grande école, où les anciens sont très structurés. Mon relationnel, je l'ai construit via mes stages »,renchérit Barbara Allouche, à la tête de sa propre entreprise, BA RP. Pour être un bon professionnel de la communication, il faut certes avoir un bon carnet d'adresses, mais pas forcément des liens avec ses confrères. Dans ce milieu, les rivalités font rage...

Envoyer par mail un article

8-Les anciens de l'Efap préfèrent la jouer perso

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.