Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

restructuration

Clear Channel ou la peur de l'audit

03/03/2005

Les salariés de la filiale française du groupe d'affichage américain se sont mis en grève quand ils ont appris qu'ils allaient être la cible d'un audit du cabinet AT Kearney.

Pour les 1 850 salariés de Clear Channel France (CCF), la carte de voeux du président, Claude Duval, a eu cette année un goût saumâtre.« C'est comme cela que nous avons appris qu'un nouveau cabinet, AT Kearney, avait été chargé de réaliser un audit sur l'entreprise,explique Patrick Labbe, secrétaire du comité d'entreprise.Nous sommes allés sur le site Internet de cette société américaine et nous avons bien vu qu'il y aurait une restructuration à la clé. »

Un sentiment renforcé par le fait qu'un précédent audit du cabinet-conseil Charles Riley, dont est aujourd'hui administrateur l'ancien président de CCF, Jacques Machurot, s'est traduit par un plan social ayant entraîné le départ de cent quarante-trois personnes en 2003.« À l'époque,poursuit Patrick Labbe,il y a eu une réorganisation qui s'est révélée être un vrai marasme. L'harmonisation des statuts promis n'a été qu'une mascarade, on a perdu l'intéressement et la participation aux bénéfices. Aujourd'hui, la direction refuse de s'engager sur la question des licenciements. »

Pour ajouter à l'inquiétude, AT Kearney est cité dans un projet de réduction des effectifs portant sur 25% des salariés du groupe deL'Usine nouvelle(Gisi). Et Clear Channel France projette de déménager sur un site capable de réunir son siège parisien, boulevard de la Madeleine, et une filiale installée rue de Milan. Pour la première fois dans l'histoire de cette entreprise, une partie du personnel a cessé le travail pendant trois jours pour mettre en garde la direction contre toute suppression d'emplois. La grève a été suspendue le 17 février pour entamer des négociations salariales.

Révélateur d'un marché sous tension

Selon Vincent Piot, directeur général de CCF, il n'y a pourtant pas péril en la demeure.« Nous avons choisi AT Kearney car il ne nous est pas apparu comme un "cost killer"[chasseur de coûts]mais comme un cabinet qui comprenait notre problématique. Nous lui avons demandé un avis de façon à être plus réactifs, à optimiser nos moyens et à avoir moins de lourdeurs administratives. Actuellement, nous mettons deux à trois jours pour répondre à une demande d'un client quand nos concurrents interviennent dans la journée. »Une pesanteur que la direction met sur le compte d'une entreprise réunissant six lignes de produits (grand format, mobilier urbain, gares, métro, parking et publicité lumineuse).

Il s'agit aussi de parvenir à une meilleure rentabilité, alors que le marché de l'affichage devra affronter en 2007 l'accès du secteur de la grande distribution, son principal client, à la publicité télévisée.« Cela se traduira par un manque à gagner de 25 à 30 millions d'euros, sur un chiffre d'affaires de 350 millions »,souligne Vincent Piot. Le climat social à Clear Channel France est révélateur d'un marché de la publicité extérieure tendu, sur fond de négociations commerciales très importantes dans le grand format (4x3 m), de pressions environnementales et de concurrence accrue dans le mobilier urbain face à JCDecaux.

En savoir +

>clearchannel.fr

Envoyer par mail un article

Clear Channel ou la peur de l'audit

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.