Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Michel Berry, fondateur de l'École de Paris du management (1)

« Le manager mondial »

14/04/2005

Quelle tendance majeure avez-vous identifiée pour cette année ?

Michel Berry.Après les vagues de rachat et les délocalisations, les grands groupes font face à une mosaïque de nationalités et de cultures parmi leurs salariés. Le fleuron hexagonal, du type Lafarge, par exemple, ne compte plus que 11 % d'employés français ! Comment manager des Japonais ou des Allemands, au fort esprit d'équipe, et des Anglo-Saxons, plus individualistes ? La solution : le management interculturel, qui permet de faire de chaque cadre national un manager mondial.

Les États-Unis n'imposent-ils plus leur culture managériale ?

M.B.Les Français ont très longtemps été complexés face aux Anglo-Saxons, dont la langue reste indéniablement celle des affaires. Mais confronté à d'autres cultures, le modèle américain montre ses limites. Regardez la fusion quelque peu chaotique de Chrysler avec l'allemand Daimler. Quel contraste avec le rapprochement réussi entre Renault et Nissan ! Pour redresser le constructeur japonais, Carlos Ghosn, d'origine libano-brésilienne, a su s'imposer sans froisser la fierté de ses partenaires nippons. Un modèle d'écoute et de tact, relayé depuis par les services de communication interne auprès de tous les managers de terrain.

Quelles sont les clés de ce management interculturel ?

M.B.D'abord, une langue officielle. Depuis deux ans, tous les salariés d'Arcelor parlent anglais. Reste ensuite à définir le coeur du management : comment motiver ? Quel rôle donner aux chefs ? Quelle culture d'entreprise communiquer ? La réponse à ces questions repose sur le respect des particularismes locaux. Il s'agit de former les managers pour les rendre capables de s'adapter à la culture de leurs interlocuteurs locaux. Impossible, par exemple, de dire « non » à un Asiatique en public, même si jouer carte sur table avec ses interlocuteurs reste très valorisé en France. Outre la formation de ses managers, Lafarge a revu son système de mobilité interne pour favoriser davantage la mixité culturelle au sein de son organigramme. Après, la confiance entre les peuples se gagne dans la durée.

(1) L'école de paris du management (EPM) réunit une trentaine d'entreprises, dont Accenture, Arcelor, Danone et Renault.

Envoyer par mail un article

« Le manager mondial »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.