Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Réseaux

17- Les anciens de l'ESJ se serrent les coudes

12/05/2005

En quatre-vingts ans, l'École supérieure de journalisme de Lille a formé quelque trois mille professionnels de la presse et des médias.

Mathieu Scherrer n'a jamais envoyé de candidature pour intégrer la rédaction du magazineManagement.Un copain de promo s'en est chargé pour lui.« Fin 2000, il a directement transmis mon CV au rédacteur en chef adjoint de l'époque, Roger Alexandre »,raconte ce journaliste de trente et un ans. Son sésame ? Sortir de la 77e promotion de l'École supérieure de journalisme de Lille. Quatre des neuf rédacteurs et chefs de service de son mensuel en ont arpenté les bancs. Un atout dans un métier de réseaux, où les postes à pourvoir font rarement l'objet d'annonces publiques. Pourtant, la solidarité entre anciens élèves de l'ESJ peine à résister à la crise.

En novembre dernier, ils étaient plus de six cents à faire le voyage jusqu'à Lille pour fêter les quatre-vingts ans de leur école. L'ESJ a formé trois mille élèves, de Pierre Georges, l'ex-billettiste duMonde,à Thomas Hugues (TF1), d'Élisabeth Tchoungui (France 5) à Jean-Paul Kauffmann, l'ancien otage du Hezbollah au Liban. Depuis qu'elle a quitté le giron de l'université catholique en 1960, l'école est gérée par ses anciens élèves, qui élisent les membres du conseil d'administration, dont Hervé Bourges, ex-patron du CSA notamment, est le président.« Soutenir l'indépendance de notre école et tisser des liens entre anciens sont les deux priorités de notre association, composée uniquement de bénévoles »,souligne Didier Eugêne, chef du service politique d'Ouest Franceet président du Réseau-ESJ.

Précieux annuaire

Tous partagent le même héritage de professionnalisme, d'exigence et de déontologie journalistique.« Au-delà des grands mots, l'école nous a transmis des valeurs communes d'humilité et de terrain»,note Frédérique Brillot, secrétaire de l'association. Cette journaliste indépendante parle avec nostalgie de ses années d'études :« Neuf élèves sur dix viennent d'autres régions. Nous avons tous vécu en vase clos pendant notre scolarité. De quoi nouer de véritables amitiés. »D'ailleurs, l'école de la rue Gauthier-de-Châtillon, à Lille, serait une véritable agence matrimoniale, avec des centaines de couples au compteur !

Quatre à cinq fois par an, le Réseau-ESJ organise des conférences à Lille, Bordeaux ou Paris. Un bimensuel de seize pages tient informés les membres des évolutions professionnelles et personnelles de chacun. Tous reçoivent par courriel trois cents à quatre cents offres d'embauche par an.« Mais la plupart des annonces concernent la communication. Quant aux rares offres dans le journalisme, nous sommes des centaines à postuler »,soupire Yoanna Sultan, vingt-cinq ans, pigiste depuis sa sortie en 2003. Même cas de figure pour Gaëlle Copienne, journaliste free-lance pour M6 :« L'ESJ est un label de qualité, mais n'est plus un sésame sur un marché tellement saturé et où nous sommes nombreux à vivre dans la précarité. »D'autant que, selon elle, le réseau reste assez informel :« La solidarité existe surtout entre anciens de la même promotion. »

Rien d'étonnant, selon Vincent Hugeux, grand reporter àL'Express,qui définit avec humour le journalisme comme« un métier altruiste pratiqué par des égocentriques ».L'annuaire de l'ESJ n'en reste pas moins une mine d'or :« Avant de partir à l'étranger, je contacte souvent un ancien, en poste sur place, qui me décrit l'atmosphère locale. »Fils d'ouvrier, Vincent Hugeux garde une reconnaissance sans faille pour cette école qui lui a servi d'« ascenseur social ».Conséquence :« À compétences égales, j'appuie plutôt la candidature d'un ESJ. »Mais quand le robinet des embauches se ferme, impossible, pour le réseau, de faire des miracles...

Envoyer par mail un article

17- Les anciens de l'ESJ se serrent les coudes

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.