Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

24-La famille des grands corps

29/09/2005

L'ENA forme chaque année une centaine d'administrateurs qui ne sont pas étrangers au secteur de la communication. Sans être pour autant des communicants.

On les imagine plutôt dans l'administration, la diplomatie ou les préfectures. Les énarques n'en sont pas moins présents dans la communication. Que ce soit les médias - surtout publics -, l'entreprise et même la publicité, si on se souvient que le Bureau de vérification de la publicité est présidé par un ancien de l'École nationale d'administration (ENA), Jean-Pierre Teyssier. Constituent-ils un réseau ? « L'énarchie est un mythe, répond un inspecteur des finances de l'audiovisuel public. On compte quelque 5 000 énarques, nous sommes loin de nous connaître, et il n'y pas le moindre début de confraternité. C'est une logique de corps. Entre un cadre de Bercy et un diplomate du Quai, c'est un peu comme entre Thalassa et Taratata : ce n'est pas la même culture. » Les principaux dirigeants ont toutefois pour habitude de se fréquenter dans les dîners du Siècle.

Le corps, c'est bien sûr un indice d'appartenance à un rang à la sortie de l'École. Les meilleurs au classement final choisissent l'inspection des finances. La liste de leurs représentants dans les médias est longue : Jean-Paul Cluzel (Radio France), Marc Tessier (ex-France Télévisions), Jean-Marie Messier (ex-Vivendi), Alain Minc (président du conseil de surveillance du Monde), ou Yves Sabouret (ex-DG des NMPP et ancien patron de La Cinq). Citons aussi Frédérique Bredin (Lagardère Médias), Bertrand Eveno (AFP) ou Thierry Bert (nouveau DG de France Télévisions). Suit le Conseil d'État où l'on retrouve Olivier Courson (Canal +), Éric Giuly (Publicis Consultant, ex-PDG de l'AFP) ou David Kessler (directeur de France Culture, ancien conseiller de Jospin sur la communication). Ils sont moins nombreux à la Cour des comptes, à laquelle appartient Denis Olivennes (Fnac, ex-DG de Canal +). Parmi les administrateurs civils, on peut citer Antoine Schwarz (RFI), Jérôme Clément (Arte). Sans oublier les diplomates, comme Philippe Baudillon (France2), qui échappent à toute hiérarchie.

Un antécédent peu mis en avant

« Les énarques sont généralement là où il y a de l'argent public », observe Arnaud Teyssier, président de l'Association des anciens élèves de l'ENA. Ce qui explique cette présence dans les médias vivant des deniers de l'État. Pour négocier avec la tutelle de Bercy, où règnent en maîtres les inspecteurs des finances, mieux vaut des hommes susceptibles de se faire entendre de leurs coreligionnaires... Les camaderies existent au sein des corps, mais aussi au sein des promotions et des ministères. Quitte à fermer les yeux sur les errements d'un J2M.

Rares sont les énarques qui, comme Gérald de Roquemaurel (Hachette Filipacchi Médias), ne sortent pas administrateurs publics. On dénombre huit cents à neuf cents anciens élèves dans les entreprises au sens large. Cadres dirigeants, ces énarques mettent rarement en avant leur pedigree, surtout s'ils ont une double formation X, HEC ou Essec, comme Bernard Spitz (ancien directeur de Vivendi). « Il y a des stéréotypes qui cadrent mal avec ce qu'on attend dans le secteur privé, estime Éric Baptiste, directeur général de la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs. Certes, il y a l'attrait pour la tête bien faite et l'image de marque assez forte, mais cela nourrit aussi beaucoup de jalousies ; et les autres filières font du lobbying pour se valoriser. » Le lobbying ne serait pas le fort de l'ENA, souvent fustigée pour être déconnectée des réalités, et qui pêche par défaut de communication : « Nous n'avons jamais la liberté de communiquer car nous sommes sous la tutelle du politique », observe Arnaud Teyssier. Une formation « Communication et négociation » existe pourtant pour les énarques mais elle reste assez limitée. On continue de critiquer leur rejet du risque, leurs difficultés à prendre des décisions, un goût excessif pour les procédures et leur rapport quasi charnel au pouvoir. « L'ENA est une charge symbolique telle qu'elle existe avant tout dans le regard de l'autre », sourit Arnaud Teyssier.

Envoyer par mail un article

24-La famille des grands corps

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.