Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Cent Degrés se relance en déménageant

03/11/2005

À la veille de ses dix-huit bougies, l'agence de design se réinvente, avec de nouveaux locaux et un positionnement affiné. Un projet de déménagement participatif.

Et pourquoi pas un bassin à poissons rouges ? » Lancée lors d'un atelier en interne, l'idée est devenue réalité pour l'agence de design Cent Degrés. À l'occasion de son déménagement, ses dirigeants, David Nitlich et Élie Papiernik, ont associé les trente-cinq salariés à la réflexion sur leur futur lieu de travail. « Nous avons constitué des groupes d'une dizaine de personnes, explique Élie Papiernik. Elles étaient invitées à réaliser des planches de tendance et à proposer toutes les idées, même les plus farfelues. Certaines ont été retenues. » Dans les nouveaux locaux de Cent Degrés, rue du Faubourg-Saint-Denis, à Paris, on trouve donc un patio propice aux réunions en plein air, sous l'oeil impassible de quelques poissons. Autre résultat de la consultation des troupes, des arbustes apportent des touches de verdure dans un décor très industriel. Les architectes de l'agence ont tout naturellement réalisé les plans de l'espace, une ancienne usine de papier peint dont la charpente en bois a été conservée. Dès la façade, la mention « Maison fondée en 1988 » affirme avec humour l'esprit artisanal de la société. Le hall d'accueil contient un bar et, en retrait, une cuisine où les salariés font des pauses ou travaillent sur la longue table d'hôte. Les éclairages et les radiateurs ont été dénichés dans des catalogues d'équipements industriels. Les accessoires design ont été limités au minimum. « Nous voulions rompre avec l'ambiance salon du meuble qui prévaut trop souvent dans les agences », insiste Élie Papiernik, en faisant le tour du propriétaire.

Une réflexion tous azimuts

Au-delà du déménagement, Cent Degrés s'est livrée à une réflexion complète sur son identité. Le départ d'une des associées, le ralentissement de l'activité en 2003 et le cap des dix-huit ans d'existence ont véritablement servi d'électrochoc. Adieu l'ambiance bohème, mais finalement pesante, du quartier Marx Dormoy. L'agence se rapproche du centre de Paris, tout en restant dans un quartier populaire. « L'Ouest parisien, ce n'est pas pour nous », précise Élie Papiernik.

La société, qui a réalisé 3 millions d'euros de marge brute en 2004, se positionne sur un haut niveau d'exigence créative, autour de clients du luxe et de l'alimentaire, comme Jean-Paul Gaultier Parfums, Badoit rouge ou Mumm. Enfin, Cent Degrés organise des séminaires de formation de ses équipes pour améliorer le niveau de ses prestations. « Chez nous, les chefs de projet sont les créatifs, souligne Élie Papiernik. Il est important de les former à la relation avec le client. » L'agence fait appel à un « coach », le comédien Jacques Mestre. « Le nouveau lieu est symbolique de notre volonté de nous réinventer », résument les dirigeants.

Envoyer par mail un article

Cent Degrés se relance en déménageant

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.