Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Un nouveau DRH à l'écoute de la Maison Ronde

24/11/2005

Patrice Papet a pris, le 14 novembre, ses nouvelles fonctions de directeur des ressources humaines de Radio France. À cinquante-quatre ans, cet ancien d'Air France et de France 3 est rompu à la gestion des conflits sociaux.

Patrice Papet n'est pas très inquiet. Il est vrai que le nouveau directeur des ressources humaines (DRH) de Radio France a l'habitude des maisons peu faciles. Renault, Air France, France 3 : il a eu maintes occasions de se frotter à des partenaires sociaux parfois retors. Comme cette fameuse nuit où il a été séquestré par une centaine de salariés d'Air France... Dangereux, le métier de DRH ? « Oui », sourit-il depuis son immense bureau vide du 5e étage de la Maison Ronde, décoré d'une seule affiche où l'on peut lire : « Vous avez quinze jours pour quitter Paris. » « Ce bureau n'est pas encore à mon image », se hâte-t-il de préciser. Et force est de constater que la personnalité de ce cinquantenaire tranche radicalement avec celle de Didier Tourancheau, son prédécesseur.

Dossiers et « dadas »

Patrice Papet n'est pas du genre à faire du « rentre-dedans ». Sa devise : rester calme, courtois et à l'écoute. À Air France, où on le surnomme « Monsieur RTT », les syndicats gardent de lui le souvenir d'un « homme de dialogue, qui, même s'il a des convictions fortes, est soucieux de trouver des compromis ». Une méthode qu'il a peaufinée au fil de ses expériences, bien sûr, mais aussi sur les bancs de la fac de sociologie et de communication. « Il faut savoir se mettre à la place de ses interlocuteurs pour mieux les comprendre », confie celui qui regrette que de plus en plus de ses homologues soient « formatés ». « C'était la première fois que je côtoyais un DRH qui avait à coeur de développer les ressources humaines », s'enthousiasme une collègue de France 3, qui regrette son départ. Du côté syndical, on reconnaît aussi son « habileté » pour décoder le langage des partenaires sociaux, analyser les situations et apporter des réponses tant à la direction qu'aux syndicats. Mais qu'on ne soupçonne pas Patrice Papet de louvoyer. C'est ce qu'il déteste le plus. Avec la politique du guichet, qui consiste à obtenir des accords en échange de certaines faveurs. « Je veux pouvoir me regarder dans une glace », lâche ce père de deux enfants.

Si son expérience des conflits sociaux a certainement décidé Jean-Paul Cluzel, président de Radio France, à faire appel à lui, Patrice Papet se défend de « n'être qu'un pompier ». La priorité qui lui a été assignée consiste toutefois à « maintenir le dialogue social » tout en veillant à ce qu'il soit à la fois « ouvert et maîtrisé ». Certes, Patrice Papet arrive après la bataille. Les grèves, notamment celle d'avril dernier qui visait à montrer du doigt le problème des quelque 300 emplois non permanents, ont porté leurs fruits. Le nouveau DRH doit appliquer l'accord qui prévoit l'intégration de 45 salariés dans les trois années à venir. D'autres gros dossiers l'attendent, comme les augmentations de salaire, le déménagement des 4 000 salariés et la modernisation de la radio... Tout en s'y consacrant, l'homme, dont la figure bonhomme ne doit pas occulter la fermeté, entend bien s'atteler à ses « dadas » : la lutte contre les discriminations, l'égalité hommes-femmes et l'encadrement. Un vaste programme qu'il pourra mener s'il dispose, dit-il, de « cinq ans minimum ».

Envoyer par mail un article

Un nouveau DRH à l'écoute de la Maison Ronde

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.