Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

L'abus d'anglais nuit au salarié

02/02/2006 - par Frédéric Saliba

La langue de Shakespeare est devenue officielle dans certaines filiales françaises de groupes anglo-saxons. Attention au retour de bâton.

Même à Paris, l'anglais est la langue la plus utilisée dans l'entreprise », explique-t-on au service ­communication d'Accenture. Discours identique dans certaines filiales françaises de groupes anglo-saxons. D'Omnicom à Johnson&Johnson, les messages du PDG sont souvent transmis aux salariés dans la langue de Shakespeare. « Pourtant, depuis la loi Toubon de 1994, le code du travail impose aux directions de s'adresser aux salariés en français », prévient ­Véronique Lartigue, avocate spécialisée dans la communication.

Ce jeudi 2 février, la société General Electric Medical Systems (Gems) est sur la sellette. La cours d'appel de Versailles doit statuer sur le cas de cette filiale hexagonale de General Electric, condam­née en première instance, le 11 janvier 2005, pour avoir diffusé auprès de ses salariés des documents de travail rédigés en anglais. Selon l'article L 122-39-1 du code du travail, « tout document comportant des obligations pour le salarié ou des dispositions dont la connaissance est nécessaire à celui-ci pour l'exécution de son travail doit être rédigé en français. Il peut être accompagné de traductions en une ou plusieurs langues ».

3750 euros d'amende

Ces dispositions visent les ­conventions collectives, contrats de travail, règlements intérieurs, descriptions de poste, affiches et autres notices ­explicatives. « Seuls les documents reçus de l'étranger ou les messages de courtoisie peuvent rester exclusivement en anglais », précise ­maître Lartigue, qui conseille aux entreprises de rédiger une charte interne précisant que des traductions en français sont disponibles sur demande. Sinon, l'entreprise risque 3 750 euros d'amende et beaucoup plus en cas de récidive.

Envoyer par mail un article

L'abus d'anglais nuit au salarié

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.