Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Internet : surveillez vos écrits

09/03/2006 - par Lionel Lévy

Diffuser une information sur le Net, c'est la rendre accessible à n'importe qui sans pouvoir réellement maîtriser son utilisation. Heureusement, un droit d'accès, de rectification ou d'opposition existe pour les internautes.

Google-iser ». Un drôle de verbe qui prend de plus en plus de sens dans le monde du recrutement. Aux États-Unis, « to google someone » est une pratique devenue incontournable. Elle consiste, pour les recruteurs, à pianoter le nom d'un candidat sur un moteur de recherche avant de décider de le recevoir ou non en entretien. Dans l'Hexagone, ce « réflexe Google » commence également à séduire les services ressources humaines des entreprises et autres cabinets de chasseurs de têtes. Et pour cause : la technique permet de mieux saisir le profil d'un candidat et, pourquoi pas, de découvrir des informations à valeur ajoutée non mentionnées dans le CV. « Écrivez le nom d'une personne sur le Net et vous y trouverez des tas d'infos la concernant, explique Sophie Nerbonne, chef de la division des affaires économiques à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil). Notamment des données à caractère personnel, comme les orientations politiques ou sexuelles. » C'est bien là le problème. Pour peu qu'une personne ait signé une pétition sur la Toile, tchaté, donné son avis sur des forums ou se soit répandue dans un blog, ces informations peuvent facilement être consultées par tout un chacun. De là à imaginer des recruteurs prenant en considération ces données pour mieux jauger un postulant, il n'y a qu'un pas. Le candidat sera bien en peine, faute de preuves, de démontrer la discrimination dont il aura été l'objet.

Pouvoir de sanction de la Cnil

La Cnil invite donc les internautes à surveiller leurs écrits et à exercer leurs droits si besoin. La loi du 6 janvier 1978, dite « informatique et libertés », prévoit dans son article 40 que « toute personne peut faire rectifier, compléter, verrouiller ou effacer des informations qui la concernent ». Ces droits doivent s'exercer auprès de l'éditeur du site. « L'internaute doit envoyer un courriel au webmestre du site concerné, décrit Sophie Nerbonne. S'il ne réagit pas dans le délai d'un mois, il ne faut pas hésiter à lui adresser une lettre recommandée avec accusé de réception. S'il n'obtempère toujours pas, la Cnil doit alors être saisie. » Cette institution dispose en effet d'un pouvoir de sanction : les contrevenants peuvent être condamnés à une amende d'un montant maximum de 300 000 euros ou de 5 % du chiffre d'affaires de l'entreprise. De quoi les inciter à obtempérer.

Envoyer par mail un article

Internet : surveillez vos écrits

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.