Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Jouer la fibre sociale pour redorer son image

16/03/2006 - par Lionel Lévy

Il est urgent pour les entreprises de renouer le dialogue avec des salariés en quête de vérité et de transparence, estiment les experts rassemblés le 8 mars dernier par Publicis Consultants.

Et si la communication sociale était le chaînon manquant de l'identité corporate ? Une question en forme d'appel lancé par l'agence Publicis Consultants lors de ses cinquièmes « Rendez-vous du sens » organisés à Paris le 8 mars dernier. « Le salarié moderne est devenu un "homo veritus" en quête de sens : pour agir, il veut comprendre, estime Didier Pitelet, vice-président de Publicis Consultants RH. Or, aujourd'hui, la relation entreprises-salariés se caractérise par une rupture émotionnelle sans précédent, au profit d'un dialogue de sourds. » Pour étayer cette thèse, il avance des chiffres éloquents : 78 % des entreprises se déclarent satisfaites du climat social, quand c'est le cas de seulement 47 % des salariés. 91 % des directeurs des ressources humaines estiment avoir une image positive, alors que les salariés leur attribuent une note d'image de 8/20. Les perceptions des jeunes sont encore plus inquiétantes : 75 % des moins de 25 ans ne veulent pas ressembler aux patrons en poste, jugés peu courageux et peu soucieux des hommes.

Syndrome de la chenille

« C'est l'ouverture d'esprit et un bon management que les jeunes recherchent en priorité, souligne Didier Pitelet. Le problème est que le management qu'ils rencontrent est le plus souvent désincarné et les entreprises peu enclines à essayer de comprendre leurs ressorts identitaires particuliers. » Plus généralement, Didier Pitelet insiste sur la nécessité de « réhabiliter la conscience humaine de l'entreprise » pour gommer le « syndrome de la chenille » dont elle serait atteinte. « Dans l'entreprise, le corps n'est plus relié à la tête, précise-t-il. Les dirigeants doivent réapprendre à discuter sincèrement avec leurs hommes. Le déclaratif ne suffit plus, il faut adopter une posture de preuve. »

Pour mieux convaincre le parterre de chefs d'entreprise présents lors de la manifestation, Louis Schweitzer, ancien PDG de Renault, aujourd'hui président de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde), a abondé dans ce sens. « La communication interne doit raconter tous les faits, même les bides retentissants », juge-t-il. De même les dirigeants doivent « multiplier les occasions de dialogue ». Avec les salariés bien sûr, mais aussi avec les syndicats. « Si vous ne les informez pas de vos décisions ou leur cachez des faits, ils feront tout pour brouiller vos messages », explique Louis Schweitzer. La transparence et la sincérité, un nouveau credo pour l'entreprise ? Selon Éric Giuily, président de Publicis Consultants Worldwide, il n'y a pas d'autre voie. « Seule la transparence permettra de dépasser la contradiction qui consiste à placer l'homme au centre de tous les discours et, parallèlement, de le sacrifier à la première occasion dès que les résultats de l'entreprise chutent », conclut-il.

Envoyer par mail un article

Jouer la fibre sociale pour redorer son image

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies