Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Des rémunérations à géométrie de plus en plus variable

30/03/2006 - par Lionel Lévy

Les parts variables et les avantages sociaux prennent de plus en plus de place dans la rémunération globale des salariés. Mais trop peu d'entreprises s'emploient à communiquer sur leur dispositif.

Quatre-vingt-cinq milliards d'euros de profits : record battu ! En 2005, les entreprises du CAC 40 ont vu leurs bénéfices gonfler de 27 % par rapport à l'année précédente. De quoi raviver le débat sur le partage des fruits de la croissance. Car malgré ce millésime historique, les salariés ont vu leurs salaire et pouvoir d'achat plafonner. Aussi, l'avant projet de loi d'actionnariat salarial, présenté le 16 mars par Dominique de Villepin, arrive à point nommé (lire l'encadré). Objectif de ce texte : faire d'une pierre deux coups. D'un côté, permettre à tous les salariés d'accéder à une forme ou une autre de participation ; de l'autre, créer une arme anti-OPA, fortement teintée du patriotisme économique cher au Premier ministre. Mais, chez les syndicats, l'idée de transformer les salariés en actionnaires inspire plus de méfiance qu'autre chose. La peur de voir dans cette mesure le moyen de les bâillonner sur la rémunération, élément central de leurs combats ? Sans doute. Mais aussi l'appréhension de voir encore s'obscurcir la frontière entre le salaire de base et les autres éléments de rémunération. En la matière, la grande majorité des salariés ont en effet bien du mal à s'y retrouver dès qu'il s'agit d'en savoir plus sur les différents éléments de leur rémunération. Participation, intéressement, prime de résultats, stocks-options, voiture de fonction, prime de projet, avantages sociaux (retraites, mutuelles, etc.)... autant de composantes de la rémunération rarement expliquées aux collaborateurs de l'entreprise. Or ces parts variables ou « bonus » prennent de plus en plus d'importance : entre 10 % et 30 % de la rémunération globale des cadres, et même plus de la moitié de celle des dirigeants.

Éclaircir la situation

« Il y a un grave déficit de communication interne sur ce sujet, un tabou incroyable », commente Philippe Cirier, PDG du cabinet de recrutement Opteaman. Un tabou d'autant plus ennuyeux que les éléments de la rémunération sont des facteurs clés de motivation. Michel Lamy, secrétaire national du syndicat des cadres CFE-CGC, dépeint ainsi des salariés démotivés, voire « déboussolés », car ils ne comprennent plus vraiment de quoi leur rémunération dépend. « Les salariés ne savent plus quoi faire pour que leur rémunération évolue, estime le responsable syndical. Ils ont le sentiment que salaire et mérite ne vont plus de pair. Les systèmes de grille salariale sont devenus illisibles et les rémunérations variables le plus souvent occultes. »

Pour nombre d'entreprises, il s'agit avant tout de fidéliser les meilleurs en leur octroyant des avantages financiers qu'ils devront taire à leurs collègues. La solution présente toutefois le risque de déstabiliser les équipes et de développer un sentiment d'injustice. « On ne sait pas précisément qui gagne quoi dans les services et cela ne se fait pas trop d'en parler, résume un responsable d'agence d'Insert, société spécialiste de la communication publicitaire par voie d'affichage. Cela ne favorise pas l'esprit d'équipe et alimente toutes sortes de phantasmes, au point de croire que ceux qui aboient le plus fort arrivent à avoir plus que les autres. » Et de fait, depuis plusieurs années, la majorité des augmentations et primes s'octroient individuellement.

Face à des rémunérations qui se complexifient, les fonctions ressources humaines de certaines entreprises font un effort pour éclaircir la situation. Mais sur fond de stagnation des salaires, la rémunération n'est plus qu'un élément parmi d'autres d'un paquet global. « Les parcours de carrière, les formations et tous les avantages sociaux sont aussi importants dans notre communication interne que la rémunération pure », insiste Christophe Rastier, responsable des rémunérations et avantages sociaux chez Conforama France. Les quelque six mille six cents salariés de l'entreprise ont ainsi accès, depuis le début de l'année, à un intranet où leurs sont rappelés les garanties prévoyance, les avantages retraite et le fonctionnement des primes de résultat, plan d'épargne entreprise, etc.

Chez Danone, des réunions sur l'intéressement, la participation, les bonus et différents avantages sociaux sont ­organisées pour les salariés du groupe. Des baromètres permettant d'évaluer le niveau de connaissance des huit mille managers du groupe sont mis en place tous les deux ans. « Plus on explique les règles du jeu, plus les salariés adhèrent, explique Bertrand Leroux, responsable des rémunérations et des avantages sociaux chez Danone. Depuis 2005, nous avons recentré notre politique de rémunération sur l'individu en l'alignant sur la performance du groupe. Le message envoyé est clair : nous rémunérons ce qu'ils font... pas ce qu'ils sont. »

Certaines sociétés vont encore plus loin. Chez Steria, une SSII, des bilans sociaux individuels sont envoyés chaque année à tous les salariés, faisant le point sur l'évolution de leurs formations, rémunération, retraite, véhicule ou stock-options. « Par souci d'équité et pour garantir la compétitivité de nos salaires, nous réalisons même, deux fois par an, un " benchmarking " des rémunérations envoyé à nos managers », précise Marie Pichot-Chrétien, responsable des rémunérations. Comparaison est parfois raison.

Envoyer par mail un article

Des rémunérations à géométrie de plus en plus variable

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.