Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les médias ont leur réservoir d'idées

13/04/2006 - par Amaury de Rochegonde

Fondé en mars 2006 par Philippe Chazal et Olivier Zegna-Rata, le club Galilée souhaite rassembler une nouvelle génération de professionnels des médias.

Ce 10 avril, ils se sont donné rendez-vous sur le thème de « la fin de l'analogique » dans une salle du Centre d'analyse stratégique (ex-Commissariat général au plan), rue de Martignac, à Paris. C'est au sein de cet organisme dépendant du Premier ministre que sont hébergés depuis un mois les 70 membres d'un nouveau club de rencontres thématiques sur l'audiovisuel et les médias. Son ambition ? Devenir le premier « think tank » des médias. « Il s'agit d'un groupe de réflexion non politique et non philosophique qui envisage de mener une réflexion concrète sur l'évolution du secteur et ses conséquences à la fois techniques, éditoriales et juridiques », explique Olivier Zegna-Rata, cofondateur du club.

Décloisonner les métiers

Directeur des relations extérieures de Canal +, ancien directeur de cabinet d'Hervé Bourges au Conseil ­supérieur de l'audiovisuel, l'homme s'est associé à Philippe Chazal, aujourd'hui à France Télévisions après avoir longtemps présidé l'Association des chaînes du câble et du satellite. « Galilée est né d'une frustration commune, souligne ce dernier, liée à l'absence de lieu de débat, de réflexion et de propositions sur notre secteur d'activité. » L'objectif est de renouveler la pensée sur les médias et de sensibiliser les pouvoirs publics ou les institutions européennes aux évolutions technologiques ou aux changements d'usage entraînés par le numérique. Sans oublier la question de la responsabilité sociale des médias.

À la différence des clubs politiques, ce regroupement de professionnels revendique une inspiration pluraliste, au service de l'intérêt commun, et vise à sortir des cloisonnements par métiers. Parmi ses membres, on retrouve des diffuseurs, des producteurs audiovisuels, des responsables de programmes, des professionnels du cinéma, des auteurs, des journalistes, des acteurs des télécoms, des responsables de régies, des institutionnels et des universitaires (lire l'encadré).

Pourtant, ce réservoir d'idées sur les médias n'en reste pas moins marqué par un très fort tropisme télévisuel. « Il y a effectivement concentration sur l'audiovisuel et ses enjeux, mais nous ­restons ouverts aux autres secteurs comme Internet et la radio », précise Philippe Chazal. L'autre particularité du club est de rassembler des trentenaires et des quadragénaires susceptibles d'incarner la relève. « Il faut donner la parole à de nouvelles générations qui ne sont pas au premier rang de la photo mais exercent des responsabilités et ont des choses à dire, ajoute Philippe Chazal. Nous ­espérons ainsi sortir des pensées toutes faites qui se répètent de colloque en colloque. »

Le club s'est d'ores et déjà doté d'un calendrier organisant l'année par trimestre thématique. En 2006, devraient se succéder « les innovations technologiques », « l'exception française en question » et enfin « la responsabilité sociale des médias ». Tour à tour, des spécialistes ou des membres du club viennent apporter leur expertise sur un sujet donné. Une précision importante : les travaux et les réflexions présentés, qui feront l'objet de publications, sont confidentiels et ne doivent pas être communiqués à la presse. « Nous voulons que les intervenants, à qui nous demanderons à chaque fois une idée nouvelle, se sentent le plus libres possible », conclut Philippe Chazal.

Envoyer par mail un article

Les médias ont leur réservoir d'idées

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.