Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Un passeport assuré pour l'audiovisuel

02/10/1998

Travailler dans l'audiovisuel? Qui n'a pas rêvé un jour d'évoluer dans l'univers de la télévision? Pourtant, si le secteur fait rêver, ses portes sont plutôt fermées. Difficile même de trouver une formation initiale. Hormis les filières traditionnelles du journalisme, les rares offres de l'université ou des écoles ne garantissent pas une embauche pour le titulaire du diplôme. C'est justement ce qui a poussé Daniel Sabatier, un universitaire spécialiste de l'histoire du droit et, parallèlement, expert-comptable, à monter en 1982, au sein de l'Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, un DESS de droit et d'administration de la communication audiovisuelle.«C'est un DESS sectoriel, bien plus que fonctionnel,précise-t-il.Il permet aux étudiants qui le suivent de connaître tous les enjeux, tous les tenants et les aboutissants du secteur de l'audiovisuel, pour les aider à définir précisément ce qu'ils veulent et peuvent faire. Le plus important est qu'ils trouvent du travail.»Seul écueil, si le secteur est créateur d'emplois, il est difficile de recruter à découvert.«Imaginez qu'une télévision passe une petite annonce..., elle sera submergée par les réponses!»

Répondre aux besoins du marché

Pour décrocher un emploi, Daniel Sabatier met à la disposition de ses élèves son réseau personnel, très étoffé, et celui des anciens élèves. Ce dernier comprend entre autres Alexandre Michelin, directeur des programmes numériques de Canal+, Catherine Schöfer, adjointe commerciale à la direction des acquisitions du groupe M6, ou Lucille Buffet, attachée à la promotion et à la communication de la chaîne Festival. En ajoutant tous les intervenants français et étrangers sollicités chaque année pour y donner les cours ou conférences - ils constituent l'essentiel de l'enseignement dispensé - les relais sont nombreux.«Le DESS reste un formidable réseau d'anciens élèves tant sur le plan des rencontres, de la solidarité ou de l'information,déclare Catherine Schöfer (promotion 1991), déjà diplômée de l'Essec.C'est aussi un vivier, où nous allons chercher les recrues et les stagiaires.»Assurément parce que«le DESS est conçu pour répondre aux besoins du marché et il s'y adapte chaque année,remarque Ariane Seta-Debaisieux (promotion 1988), aujourd'hui chef de service des affaires juridiques internationales de TF1.Le profil des candidats retenus dépend des débouchés envisagés.»Il faut dire que Daniel Sabatier a l'embarras du choix pour recruter ses élèves. Pour la session 1998-1999, qui commence début octobre, 380étudiants se sont portés candidats. 120, sélectionnés sur dossier, ont dû affronter le jury d'une quinzaine de professionnels requis pour l'occasion, qui ont, en fonction de leur propre appréciation du marché, recruté les 30étudiants définitifs. Ensuite, les futurs diplômés devront aussi faire preuve d'initiatives, en bâtissant un projet en petits groupes et en trouvant des stages.«Le DESS offre l'opportunité de multiples rencontres,conclut Myriam Hacène (promotion 1987), actuellement directrice des programmes de Ciné-Cinémas et des acquisitions de films pour TMC et Canal Jimmy.Mais, les carrières dépendent bien sûr de ce qu'on en fait.»

Envoyer par mail un article

Un passeport assuré pour l'audiovisuel

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.