Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Un journal pour instruire les salariés du « mammouth »

05/10/2006 - par Amaury de Rochegonde

Sous l'impulsion de Gilles de Robien, l'Éducation nationale crée un dispositif de communication interne à l'usage de ses 1,2 million de salariés.

C'est un tirage à faire pâlir d'envie tout éditeur de presse : le bimestriel Question d'éducation, nouveau « journal d'information de la communauté éducative », est diffusé à plus de 1 million d'exemplaires. Pour Gilles de Robien, en charge de ce portefeuille très régalien, cela n'a rien d'étonnant puisque le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement et de la Recherche est la « plus grande entreprise d'Europe, sinon du monde ». À ce détail près : elle a bien une direction générale des ressources humaines, mais souffre, jusqu'à présent, d'une absence totale de communication interne. « Aucune entreprise quinze fois moins importante n'évolue sans un minimum d'information vis-à-vis de ses salariés, souligne-t-il. Cela a été mon grand étonnement en arrivant à ce poste. On peut avoir les meilleures intentions du monde, si on n'arrive pas à les faire partager, cela ne sert à rien. La communication interne est notre point faible. »

Pour pallier cette insuffisance, le ministère a donc confié à l'agence Textuel la conception d'un magazine d'information. Montant de ce contrat annuel renouvelable : 320 000 euros. Envoyé à plus de 1 080 000 fonctionnaires, dont 884 000 enseignants des premier et second degrés, ce bimestriel de douze pages - distribué gratuitement pour un coût unitaire de 45 centimes - est complété par une lettre électronique mensuelle envoyée aux adresses professionnelles du portail i-prof, véritable outil personnel de gestion de carrière - chaque académie a d'ailleurs la possibilité d'y intégrer sa newsletter. Pour l'heure, la version papier reste requise pour une génération d'enseignants qui ne dispose pas de connexion à Internet. À terme, il est prévu que toute la communication interne se fasse via le Web.

Le point de vue de l'État

Cette opération s'inscrit dans un dispositif plus large d'information vis-à-vis de ce qu'il est convenu d'appeler la « communauté éducative ». Outre une campagne destinée aux parents d'élèves et un site tourné vers le grand public (www.education.gouv.fr), le ministère a confié à l'agence Leg la conception d'une campagne TV redorant l'image des enseignants. Sur une idée de Jacques Séguéla, un spot (diffusé gracieusement sur les chaînes) fait défiler des stars qui citent le nom d'un prof ou d'un instituteur les ayant marquées. Objectif : valoriser le travail des enseignants, mais aussi, favoriser un sentiment de fierté auprès de salariés qui sont souvent pointés du doigt (cf. Stratégies n° 1424 du 7 septembre 2006). En parallèle, un collectif, baptisé Vive l'école de la République, tente de se mettre en place.

Démagogique ? La grève du 28 septembre contre 8 700 suppressions de postes dans le budget 2007 montre que la gestion des ressources humaines reste un sujet sensible dans l'Éducation nationale. Même si elle n'a été suivie que par 15 % des effectifs, elle témoigne des difficultés à faire accepter un discours gouvernemental. D'où l'importance d'un journal qui, comme l'avoue Gille de Robien, a le mérite de ne plus laisser les syndicats être les seuls diffuseurs d'informations internes auprès des enseignants. « Il est indispensable que chacun connaisse le point de vue de l'État », estime-t-il. Par la même occasion, il s'agit de rappeler les enseignants aux devoirs de leur statut de fonctionnaire. « Certains considèrent que les ministres passent, ajoute-t-il. Donc, ils se disent "Cause toujours, tu ne vas pas nous faire changer nos méthodes". En revanche, si c'est écrit et imprimé, ils se rappellent qu'ils sont fonctionnaires... »

Complétée par des « lettres flash » envoyées occasionnellement, la lettre électronique devra vaincre le barrage d'une faible consultation des adresses professionnelles sur i-prof (15 % des messages y sont lus). Aussi importe-t-il d'inciter les enseignants à donner leur adresse électronique personnelle. Et - si le but est bien d'arriver à une communication plus interactive - de populariser l'usage d'une boîte à idées faisant ressortir les initiatives intéressantes. Le magazine interne est un premier pas. Il devrait être pérennisé et prolongé sur le Web. À moins que, comme feu le journal lancé en son temps par Claude Allègre pour le « mammouth », il parte avec le ministre...

Envoyer par mail un article

Un journal pour instruire les salariés du « mammouth »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.