Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Journalistes en nom collectif

05/10/2006 - par Muriel Signouret

Les free-lances sont de plus en plus nombreux à se regrouper dans des collectifs. Objectifs : rompre l'isolement et échanger des idées.

C'est bien connu, l'union fait la force. Surtout quand on débute une carrière de journaliste et que l'on se retrouve confronté à une concurrence impitoyable et à une précarité difficilement imaginable depuis les bancs des très sélectives écoles de journalisme. « Une chose est sûre, on n'a pas fait ce métier pour se retrouver en pyjama toute la journée devant un écran d'ordinateur ! », lance Yoanna Sultan, l'une des fondatrices du collectif de pigistes Pige Academy. Après avoir travaillé en solitaire pendant deux ans, la journaliste a rameuté en novembre 2005 quatre confrères autour de son projet associatif. « L'objectif premier était de briser notre solitude en louant un local commercial pour travailler ensemble », raconte-t-elle. Une manière de retrouver peu ou prou l'ambiance d'une rédaction, à moindre coût puisque tous les frais sont mutualisés, du loyer à l'abonnement téléphonique en passant par la connexion Internet.

Un statut activement assumé

Pour La Rédac nomade, un collectif de pigistes créé en 2002, l'idée était certes de rompre l'isolement tout en restant chez soi. « On est réparti dans plusieurs pays d'Europe, explique Yann Barte, l'un des fondateurs. On essaie de se voir régulièrement, sans compter nos réunions virtuelles par tchat. » Mais cela va plus loin : la charte de l'association incitant à « la générosité professionnelle », les treize membres du collectif échangent idées, critiques et contacts. « Même s'il ne s'agit pas de piquer le carnet d'adresses de son voisin », souligne Yann Barte. Certaines réunions de travail visent également à remotiver les troupes. Ainsi, une presse thématique sera épluchée, analysée et une liste de propositions de sujets sera élaborée par le collectif.

Une démarche active qui peut ­apporter des contrats. « En tout cas, cela permet beaucoup de contacts », admet Yann Barte. Pour Yoanna Sultan, de Pige Academy, qui vient de décrocher au nom de l'association une commande pour créer un journal d'entreprise, « cela asseoit aussi notre crédibilité, ne serait-ce qu'en montrant que notre statut de pigiste est assumé et que nous sommes dans une logique dynamique ». Reste que le collectif n'a pas vocation à devenir une agence de presse...

Envoyer par mail un article

Journalistes en nom collectif

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.